DIA | L’APN adopte à l’unanimité le projet de révision de la Constitution
54748
post-template-default,single,single-post,postid-54748,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’APN adopte à l’unanimité le projet de révision de la Constitution

DIA-10 septembre 2020: Le projet de loi relatif à la révision de la Constitution, un des principaux engagements politiques du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, visant à instaurer un Etat moderne à travers une « réforme globale » de ses institutions, a été adopté jeudi à l’unanimité des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN).

La dernière mouture amendant la loi fondamentale a été approuvée à l’unanimité des 256 membres présents de l’Assemblée populaire nationale (APN), sur 462, lors d’un vote à main levée, a précisé le président de l’APN, Slimane Chenine.  

Le texte de loi doit être également adopté par le Conseil de la Nation (chambre haute du Parlement), avant sa soumission à référendum populaire le 1er novembre prochain, date hautement symbolique marquant le déclenchement de la Guerre de Libération nationale.

La révision de la Constitution permettra de « concrétiser les engagements décidés pour l’édification de la nouvelle République à la faveur d’une réforme globale de l’Etat et de ses institutions », a affirmé le Premier ministre lors de la présentation mardi du projet de loi devant la commission des affaires juridiques de l’APN.

Son objectif est « l’instauration d’un Etat moderne s’employant à servir le citoyen et à rétablir sa confiance, un Etat où la vie politique est régie par les principes de transparence, de régularité, de reddition de comptes et de compétence et qui sépare l’argent de la politique et lutte contre la corruption », a résumé le Premier ministre.

Djerad a ajouté que la nouvelle mouture de la Loi fondamentale vise à mettre l’Algérie « à l’abri des dépassements autocratiques et hégémoniques qu’elle a connus par le passé ».