DIA | Le processus de l’organisation d’une élection présidentielle enclenché
45264
post-template-default,single,single-post,postid-45264,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le processus de l’organisation d’une élection présidentielle enclenché

DIA-08 septembre 2019: Après une période de flottement engendrée par le Hirak du 22 février 2019 et la démission de l’ancien président de la République, Abdelaziz Bouteflika en avril dernier, les autorités du pays sont décidées de mettre fin à cette période de transition, dont la persistance risque d’avoir des conséquences néfastes pour le pays.

Du fait des intentions des uns et des autres en cette rentrée sociale, les autorités du pays sont décidées plus que jamais de remettre l’Algérie sur les rails de la stabilité et de la légitimité en organisant une élection présidentielle avant la fin de l’année 2019.

Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire, avait déjà appelé à convoquer le corps électoral, le 15 septembre au plus tard.

Partant de cet appel, l’Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM) que dirige Karim Younes, a accéléré le processus de l’organisation de la prochaine présidentielle. Il a remis ce dimanche le rapport final de l’Instance relatif au processus de dialogue et de médiation engagé avec les partis politiques, les représentants de la société civile, les personnalités nationales et des représentants du Hirak populaire, indique un communiqué de la Présidence de la République.

A cette occasion, les membres de l’Instance ont été reçus par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, lequel les a appelés à « poursuivre ses efforts et à mener les consultations nécessaires pour former et installer une autorité indépendante chargée des élections ».

Il est également prévu que Bensalah préside demain lundi un Conseil des ministres consacré aux préparatifs de ce rendez-vous électoral crucial  pour l’Algérie. Il faut relever que l’ANP s’est engagé à accompagner les institutions du pays à organiser ces élections.

La loi électorale sera également amendée de manière à permettre d’organiser des élections propres et honnêtes. Des élections qui marqueront la rupture avec les anciennes pratiques, basées sur le traficotage et la fraude. Aussi, les conditions de candidature à la présidentielle seront revues en supprimant les signatures des élus, sachant que la majorité des élus sont issus des anciens partis de l’Alliance présidentielle (FLN, RND, TAJ, MPA).

En ce sens, l’urgence consiste à Aller le plus rapidement possible à l’élection présidentielle et barrer la route à tous les aventuriers.

Amir Hani