DIA | Le rapatriement des ossements de Slimane Azem en Algérie en bonne voie
55048
post-template-default,single,single-post,postid-55048,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le rapatriement des ossements de Slimane Azem en Algérie en bonne voie

DIA-20 septembre 2020: Le rapatriement des ossements du chanteur kabyle Slimane Azem est sur la bonne voie, a-t-on appris auprès de la Fondation de Slimane-Azem et des jeunes de son village, Agouni Gueghrane en Kabylie. L’annonce coïncide avec la célébration de la 102ème année de sa naissance, le 10 septembre 1918. Mort en exil, en France,  à l’âge de 64 ans, en 1983, ce poète qui était aussi auteur et compositeur n’avait pas pu exaucer son dernier vœu, à savoir revoir son village natal.

Il a été exilé au temps du président Houari Boumediene en raison de ses chansons engagées. Ses chansons étaient interdites de diffusion à la radio et à la télévision algériennes. Il avait formé un duo original avec l’autre grand chanteur kabyle, Noureddine Meziane dit Cheikh Noureddine. Ils avaient produit plusieurs albums dans les années 1980, consacrant notamment plusieurs de leurs chansons à l’émigration.

Selon ses proches, il leur a toujours demandé de lui ramener en France des produits de Kabylie, notamment les figues sèches et l’huile d’olive. Peu avant sa mort, il avait demandé qu’on lui ramène une poignée de terre de son village qu’il avait gardée jalousement dans un pot.

En ce sens, sa chanson « l’Algérie mon beau pays » illustre toute la frustration du regretté Slimane Azem, mort sans avoir revu son pays. Dans cette chanson, il raconte sa séparation avec l’Algérie qu’il a aimée jusqu’à sa mort. (vidéo)

Amel Bouchaib