Louh annonce un durcissement dans la lutte contre la corruption (Vidéo) - DIA
33948
single,single-post,postid-33948,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-tayeb-louh

Louh annonce un durcissement dans la lutte contre la corruption (Vidéo)

DIA-20 juillet 2018: Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh  a annoncé un durcissement dans la lutte contre la corruption avec la refonte de l’Office central de répression de la corruption (OCRC). A cet effet, un groupe de travail restreint sera mis sur pied à partir du mois de septembre prochain pour mener une réforme de cet Office.
Il s’agit selon le ministre de consolider les mécanismes de cet Office dans le cadre de la lutte contre le fléau de la corruption qui gangrène l’Algérie. Louh a précisé que cette réforme sera menée sur instruction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
«Il est devenu impératif de réactiver les mécanismes de prévention qui est de la responsabilité de tous les secteurs et de la société de façon générale et qui est considérée comme un des moyens efficaces dans la lutte contre la criminalité», a indiqué le ministre.
La réforme de cet Office, dont la création remonte à 2006 vient dans le sillage du scandale de la saisie de 700 kg de cocaïne. Cette affaire qui n’a pas encore livré tous ses secrets, a amené l’Etat à redoubler d’efforts en matière de lutte contre la corruption et les fléaux connexes comme le terrorisme et le crime organisé.
Le refonte de l’Office central de répression de la corruption vient aussi dans le sillage du récent mouvement partiel opéré par le président de la République dans le corps de la magistrature, touchant des présidents de cours, des procureurs généraux, des présidents de tribunaux administratifs et des commissaires d’Etat près de tribunaux administratifs.  
Mohamed Nassim