Manif des gilets jaunes : Une algérienne de 80 ans morte victime d'une bombe lacrymogène à Marseille - DIA
38344
single,single-post,postid-38344,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
MARSEILLE

Manif des gilets jaunes : Une algérienne de 80 ans morte victime d’une bombe lacrymogène à Marseille

DIA-04 Décembre 2018: Les manifestations des gilets jaunes à Marseille ont fait une victime. Zineb Redouane une algérienne de 80 ans. Samedi, elle a été touchée par une grenade lacrymogène alors qu’elle refermait les volets de son appartement, tout proche de la Canebière, à Marseille. Dimanche, elle est décédée à l’hôpital, d’un « choc opératoire », selon les premiers éléments de l’autopsie.
« Le choc facial [avec la grenade lacrymogène] n’est pas la cause du décès », assure le procureur français Xavier Tarabeux. Zineb Redouane était une octogénaire « à la santé » fragile, selon l’avocat Salim Moussa, qui défend une amie de la victime. A l’AFP, il a déclaré que Zineb Redouane « était en train de fermer ses volets pour éviter les fumées de bombes lacrymogènes. » Dans le quotidien marseillais La Provence, il assure « qu’avant d’être touchée, elle allait bien ».

mARSEILLE ALG2RIENNE

Lors de la manifestation de samedi, les CRS se sont retrouvés en sous-nombre dans les petites rues aux abords de la Canebière. Des grenades ont été tirées « dans tous les sens », assurent des témoins. La sénatrice socialiste Samia Ghali d’origine algérienne évoque une « utilisation excessive et injustifiée de la force publique ». 

Le fils de victime s’est exprimé sur la chaîne Ennahar Tv affirmant que sa mère a été touchée au visage par la bombe lacrymogène. 

Amel Bouchaib