Des manifestations monstres à Alger et dans plusieurs wilayas (Vidéo) - DIA
40906
single,single-post,postid-40906,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
Alger MANIF

Des manifestations monstres à Alger et dans plusieurs wilayas (Vidéo)

DIA-15 mars 2019: Des milliers de citoyens sont sortis dans des marches populaires pacifiques à Alger et dans plusieurs villes du pays, pour le quatrième vendredi consécutif, revendiquant notamment le »changement profond » du système et le refus d’un 4e mandat prolongé. 

La manifestation est plus importante que les autres vendredis. Des centaines d’Algériens qui été bloqué à l’entrée de la capitale ont rejoint la marche à pied. 

Les premiers groupes de citoyens avaient commencé à converger, dès 11h, vers Alger Centre où des rassemblements se sont formés au niveau notamment de l’esplanade de La Grande Poste et de la Place du 1er-Mai.

Les manifestants scandaient des slogans appelant au « changement profond du système » et au « respect de la Constitution » et ont également exprimé leur rejet des dernières décisions présidentielles.

Les manifestants ont été bloqués au niveau du Palais du peuple pour ne pas rejoindre la présidence sur les hauteurs d’Alger. Des échauffourées ont été enregistrés au niveau du Telemly entre la montée de Didouche Mourad et l’école des beaux arts. 

Dans d’autres wilayas du pays, des marches similaires auxquelles ont pris part des milliers de citoyens, notamment des jeunes et de différentes franges de la société, avec le même mot d’ordre, sous l’œil vigilant d’un dispositif de sécurité déployé pour éviter tout dérapage.

Pour rappel, le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, avait adressé lundi dernier un message à la nation dans lequel il a annoncé plusieurs décisions, notamment le report de l’élection présidentielle, sa décision de ne pas briguer un nouveau mandat à la magistrature suprême et l’organisation d’une conférence nationale indépendante inclusive ouverte à l’ensemble des composantes et des compétences de la société. 

Amir Hani