Ould Ali ou le Lucky Luke du sport : Limogeage du directeur du stade de Blida et immixtion tous azimuts - DIA
23396
single,single-post,postid-23396,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-el-hadi-ould-ali

Ould Ali ou le Lucky Luke du sport : Limogeage du directeur du stade de Blida et immixtion tous azimuts

DIA-26 septembre 2017: Le directeur du stade Mustapha-Tchaker de Blida, Mustapha Zaidour a été relevé de ses fonctions par le ministre de la Jeunesse et des Sports El Hadi Ould Ali. Il est reproché à Zaidour d’avoir fermé le stade sans en aviser le ministère de tutelle.
Il est reproché aussi à Zaidour d’avoir refusé d’accueillir les derbies d’Alger du championnat national de football. Le terrain du stade est devenu impraticable, le gazon ayant été totalement dévasté. Une situation qui a amené le ministre à limoger le directeur du stade.
Or, le stade du 5-Juillet connait la même situation que celle du stade de Blida. Sa pelouse est détériorée, alors qu’elle a été refaite tout récemment. A chaque fois, on raconte des salades pour justifier le mauvais état de la pelouse du 5-Juillet pour ensuite engager une société étrangère et refaire la pelouse qui se détériore après la fin de saison. Un véritable scandale sur lequel le MJS ferme les yeux, sachant que ce que représente comme argent les travaux de réfection du 5-Juillet, aurait  servi à construite cinq stade.  
En ce sens, on aurait souhaité que le MJS ait la même réaction que celle de Blida pour le stade du 5-Juillet, à savoir limoger son directeur !
Mais le ministre ne semble  s’occuper que des stades, mais aussi de la FAF, la LFP, l’équipe  nationale et les joueurs. Après avoir dénoncé l’immixtion de certains joueurs de la sélection nationale, le ministre s’implique dans le conflit nauséabond opposant le président de la FAF, Kheireddine Zetchi et celui de la LFP, Mahfoud Kerbadj.
Le ministre aurait pu se mettre au dessus de toutes ces considérations d’autant plus qu’il représente l’autorité politique du sport en Algérie. Mais après avoir essuyé un affront face au président du Comité olympique, Mustapha Berraf et surtout contre Amar Brahmia qui a été accusé de tous les noms d’oiseaux par les athlètes, le ministre persiste dans ses erreurs en s’impliquant dans des affaires de bas niveau ! Il est devenu le Lucky Luke du sport algérien en tirant plus vite que son ombre sur tout ce qui bouge. Il est à se demander que font ses conseillers. Regrettable pour le sport algérien!
Nassim Fateh