Ouyahia: "Bajolet fait partie de ceux qui veulent détruire les relations algéro-françaises" - DIA
36357
single,single-post,postid-36357,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Ouyahia

Ouyahia: « Bajolet fait partie de ceux qui veulent détruire les relations algéro-françaises »

DIA-06 octobre 2018: Le Secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia a saisi l’occasion de sa conférence de presse en marge d’un séminaire national des militantes du RND pour répondre aux récentes déclarations de l’ancien ambassadeur de France à Alger, Bernard Bajolet, en affirmant qu’«il existe en France des parties qui veulent édifier des relations avec l’Algérie, mais aussi, des haineux qui veulent les détruire, et Bajolet en fait partie ».

 
Le Secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia a tenu à affirmer qu’« il n’y avait aucune crise dans les relations algéro-françaises » et que ces relations « étaient guidées par les intérêts des deux pays».

M. Ouyahia a précisé qu’il « n’y a pas de crise dans les relations algéro-françaises, mais nous avons un principe qu’ils (les Français) connaissent, et c’est la réciprocité », a-t-il ajouté.

« La partie française a pris une décision concernant la surveillance du siège de l’ambassade (d’Algérie), et nous avons agis par la réciprocité, ils observent une certaine politique concernant la question des visas, et si cela continue, nous ferons prévaloir la réciprocité », a-t-il affirmé.

Étayant ses propos concernant l’absence d’une crise entre les deux pays, M. Ouyahia a rappelé la tenue, la semaine dernière, de la commission d’experts des deux pays, l’organisation d’une rencontre bilatérale au niveau des ministres fin octobre et la haute commission bilatérale, co-présidée par les deux premier-ministres, prévue en décembre prochain à Alger.

« Le climat est normal et les relations bilatérales n’ont jamais été des rapports de cadeaux. L’Algérie gère ses intérêts et la France également », a-t-il tenu à déclarer.

Salim Bey