Les présidents de la JSK de l'USMAn font trembler la FAF - DIA
38018
single,single-post,postid-38018,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-ZETCHI

Les présidents de la JSK de l’USMAn font trembler la FAF

DIA-28 novembre 2018: La FAF a raté une nouvelle fois sa sortie médiatique en versant dans un discours  moralisateur dépassé et consommé. La FAF a appelé les présidents des clubs à éviter les déclarations incendiaires, alors qu’elle gagnerait à apporter des réponses aux problèmes réels soulevés par les responsables et dirigeants des clubs qui se plaignent chaque week-end de la gestion chaotique du championnat de l’arbitrage.
Le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal a menacé de recourir à la FIFA. Il a qualifié la Ligue de football professionnel qui l’a sanctionné d’illégale. Il a accusé le président de cette ligue, Abdelkrim Medouar, de «s’acharner contre la JSK».
Le président de l’USM Annaba, Abdelbaset Zaim, menace aussi de recourir à la FIFA, faisant remarquer que «les éventuelles sanctions de la FIFA toucheraient la FAF, l’équipe nationale et les clubs». L’équipe nationale risque la disqualification de la CAN-2019, a laissé entendre le président de l’USM Annaba qui accuse la LFP et la FAF d’incompétence pour avoir mal géré le dossier des anciens joueurs de l’USMAn, lesquels réclament l’assainissement de leur situation financière.
La LFP avait accordé un délai de six mois à Annaba pour régulariser la situation de ces joueurs, avant de réduire ce délai à la première semaine de décembre. La LFP s’est aussi dessaisie du dossier pour le renvoyer à la FAF, laquelle a renvoyée ce dossier à la commission de l’éthique à la FAF, sachant que cette affaire n’est pas du ressort de cette commission.
Au lieu de résoudre tous ces problèmes, la FAF donne des leçons de morales aux clubs. Dans son communiqué, «la FAF a noté avec regret la recrudescence de la violence verbale de la part de certains dirigeants de clubs, à l’encontre de la LFP, de l’arbitrage et même de l’instance qu’elle dirige».
«Des accusations gratuites et souvent diffamatoires qui interpellent la fédération pour rappeler a leurs auteurs qu’il existe des canaux légaux pour introduire leur contestation ou autre réclamation outre celles de l’usage à satiété des médias qui ne peut déboucher que sur la création d’un climat de suspicion, de haine et par extension un appel clair à la violence. La FAF appelle les présidents, dirigeants de clubs, entraîneurs, et les joueurs à faire preuve de beaucoup de retenue dans leurs déclarations et user des voies de recours légales et de ne pas succomber à l’invective qui ne fait honneur ni à leurs auteurs ni à la discipline qu’il pratique et ni à leur rang d’éducateurs», ajoute le communiqué vide de la FAF.
 
Naasim fateh