Prix de la mise en scène pour le film de Sofia Djama au Festival de Dubai - DIA
26119
single,single-post,postid-26119,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-DUbai Festival

Prix de la mise en scène pour le film de Sofia Djama au Festival de Dubai

DIA-13 décembre 2017 : La réalisatrice algérienne Sofia Djama a remporté le prix de la mise en scène à la dernière édition du festival de Dubaï pour son film « Les bienheureux ».  En l’absence de la réalisatrice, qui était en France pour la promotion de son film sortie en salle, c’est le comédien Amine Lansari qui a reçu le prix des mains des responsables du Festival.     

«Les bienheureux» est une production franco-belge qui nous renvoi au 5 octobre 2008, vingt exactement après la « révolte d’octobre » qui a mis fin parti unique instauré par le FLN et quelques années après la fin de la décennie noire. Un couple Amal (Nadia Kaci) professeure à l’université et Samir  (Samy Bouadjila) un médecin généraliste qui pratique des avortements clandestins par conviction se disputent lors d’un dîner d’anniversaire. Le sujet de leur dispute : l’avenir de leur fils, Fahim (Amine Lansari), étudiant dilettante qui traîne son ennui avec ses amis Feriel (Lyna Khoudri, prix de la meilleure actrice à la Mostra de Venise) et Reda (Adam Bessa) dans les rues d’Alger, pris entre les tentations contraires de la drogue et de la religion.  

Dans un récit fragmenté, Sofia Djama a dressé un tableau réaliste, présentant le choc de deux générations, dans différents quartiers, des hauteurs protégées d’Alger aux bas-fonds de la ville où la jeunesse espère échapper aux rigueurs de la police et au rigorisme de l’islamisme. 

Amel Bouchaib