DIA | Quand le parlement européen rend service à l’Algérie
47109
post-template-default,single,single-post,postid-47109,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Quand le parlement européen rend service à l’Algérie

DIA-30 novembre 2019: Contrairement aux objectifs dictés par la démarche du parlement Européen installé à Strasbourg en terre française, la résolution qui visait à dénoncer une situation politique défavorable pour Alger, s’est finalement transformée en véritable union sacrée de toutes les forces politiques en Algérie. L’opposition et les partis proches du pouvoir ont raccordé leur arcs pour tirer sur le parlement européen. Même les opposants politiques qui étaient contre l’élection présidentielle à l’image de Sofiane Djillali et Mustapha Bouchachi ont dénoncé la démarche des députés du parlement européen. 

Tous les ministres du gouvernement, les personnalités de la société civile et surtout les partis politiques et les organisations de masse se sont mis aux cotés de leur pays et de leur armée, contre les intentions malveillantes d’une poignée de députés européens en panne de diplomatie. 

Au moment où la campagne électorale prenait une tournure dangereuse avec une guerre des tranchets entre les candidats de la présidentielle du 12 décembre, la campagne a finalement un nouveau virage, puisque les candidats ont tous raccordé leurs discours pour rejeter l’ingérence étrangère dans les affaires internes de l’Algérie.   

Cette démarche diplomatique européenne maladroite a surtout fait sortir dans la rue des milliers d’algériens dans plusieurs wilayas ce samedi pour exclusivement dénoncer l’ingérence du PE et même créer un contre hirak.

Mais le point inattendu dans cette démarche européenne, c’est qu’elle a agrandi le nationalisme algérien et renforcé le sentiment de haine contre l’Europe et à un certain degré la France, l’ancienne puissance coloniale.

Plus que jamais, le parlement européen s’est trompé de société, voire même de pays et les conséquences de cette démarche risquent d’être désastreuses pour les relations entre Alger, Bruxelles et Strasbourg.

Amir Hani