DIA | Qui est Abdelaziz Khelef le nouveau conseiller en économie à la Présidence de la République
52197
post-template-default,single,single-post,postid-52197,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Qui est Abdelaziz Khelef le nouveau conseiller en économie à la Présidence de la République

DIA-20 juin 2020: Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a nommé samedi M. Abdelaziz Khelef, conseiller à l’économie et aux finances à la Présidence de la République, a indiqué un communiqué de la Présidence.

Né en 1944 à Guemar, près d’El Oued, ce haut fonctionnaire a également dirigé la Banque Islamique de Développement (BID) entre 1994 et 2006 dont le siège était en Arabie Saoudite.

Khelef a occupé plusieurs postes supérieurs de l’Etat, en qualité d’ancien ministre du Commerce et des Finances, Secrétaire général (SG) à la Présidence de la République. Il a également travaillé dans plusieurs institutions financières internationales, comme la Banque Arabe pour le développement économique en Afrique, dont il a été le Directeur général.

Après avoir commencé sa carrière au ministère de l’Industrie et de l’Énergie dans les années 1970, il a été ministre du commerce de 1980 à 1986 et des finances de 1986 à 1988. Il a ensuite rejoint la Tunisie en qualité d’ambassadeur de 1988 à 1989, avant de rebondir comme secrétaire d’Etat aux affaire maghrébines (1989-1991), puis Secrétaire général de la présidence de la république (1991-1992).

C’est une sommité des finances et de l’économie que la Présidence a mis à son service. Comme tous les conseillers à ce niveau, il est appelé à donner son avis d’expert dans toutes les politiques économiques prôné dans le pays. Ce poste de Conseiller spécial en économie à El Mouradia a été déjà occupé par Bouzidi du temps du président Zeroual, Temmar et Djoudi du temps du président Bouteflika. 

Amir Hani