DIA | Révélations d’Ould Zmirli : un simple coup de téléphone et Madjer a été imposé pour empêcher le recrutement de Belmadi
54325
post-template-default,single,single-post,postid-54325,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Révélations d’Ould Zmirli : un simple coup de téléphone et Madjer a été imposé pour empêcher le recrutement de Belmadi

DIA-28 Août 2020: L’ancien vice-président de la FAF, Bachir Ould Zmirli (également président du NAHD) a fait des révélations fracassantes sur la manière dont a été empêché le recrutement de Djamel Belmadi par des forces extra-FAF pour imposer Rabah Madjer.

Selon Ould Zmirli qui s’exprimait sur les ondes de la Radio chaîne 3, après le limogeage de l’ex-sélectionneur national, l’Espagnol Luis Alcaraz, une réunion restreinte du bureau fédéral a été tenue avec le président de la FAF, Kheireddine Zetchi.

Il a indiqué que le nom de Djamel Belmadi a été retenu à l’unanimité et c’est lui-même, Ould Zmirli, qui a été chargé de prendre attache avec Belmadi. Il a fait savoir qu’il avait appelé Belmadi le jour même, précisant que le technicien algérien se trouvait au Qatar.

Selon Ould Zmirli, Belmadi n’avait pas hésité un instant et avait donné son accord de principe. Des des représentants de la FAF devaient alors le rencontrer dans les plus brefs délais afin qu’il prenne en main l’équipe nationale.

« Dans la soirée de la même journée, le président de la FAF qui avait reçu un coup de téléphone nous avait sommé d’annuler toutes les démarches entreprises avec Belmadi ». Par la suite, c’est Rabah Madjer qui a été imposé à la FAF ! La suite on la connait avec un Madjer qui a fait perdre du temps et de l’argent à l’équipe nationale.

Ces révélations confirment ce qui était colporté à l’époque, à savoir que Madjer a été imposé sur injonction de Said Bouteflika, l’ancien conseiller et frère de Abdelaziz Bouteflika. Cela confirme aussi que la FAF fonctionnait sous les injonctions de la « Issaba » quand on sait que des membres du bureau fédéral avaient été imposés à Zetchi.

Et dire que ce sont les mêmes membres qui continuent de gérer et présider la FAF.

Nassim Fateh