DIA | URGENT: Hanoune quitte la prison et maintien de la peine de 15 ans pour Said Bouteflika, le Général Toufik et Tartag
48864
post-template-default,single,single-post,postid-48864,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

URGENT: Hanoune quitte la prison et maintien de la peine de 15 ans pour Said Bouteflika, le Général Toufik et Tartag

DIA-10 février 2020: La secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a quitté la prison militaire de Blida ce lundi, alors que la peine de 15 ans de prison ferme a été maintenue pour Saïd Bouteflika, frère de l’ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika,  Mohamed Mediène dit général Toufik et le patron des services secrets Athmane dit Bachir Tartag.

L’accusation pour complot contre l’autorité de l’Etat et de l’Armée a été levée pour Louisa Hanoune et maintenue pour les autres accusés. Hanoune a été condamnée à trois ans de prison dont neuf mois ferme. Il se trouve qu’elle a déjà passé 9 mois en prison et aura purgé sa peine. Elle est accusée de ne pas avoir signalé aux autorités du pays le complot contre l’autorité de l’Etat et de l’Armée.

Le procès en appel avait débuté hier dimanche au tribunal militaire de Blida et s’est achevé ce lundi. Dans l’après-midi de ce lundi, des peines de 20 ans de prison ferme ont été requises par le Procureur général près la Cour d’appel militaire de Blida dans ce procès en appel.  Tous les accusés ont comparu, à l’exception d’Athmane Tartag.

Après les plaidoiries du collectif de défense des accusés, Hanoune a été libérée et les autres inculpés ont vu leurs peines maintenues, sachant qu’ils avaient été  condamnés en première instance à 15 ans de prison  le 25 septembre dernier.

Pour rappel, les accusés sont condamnés  pour des faits commis dans une enceinte militaire qualifiés par la loi de complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité militaire et de complot contre l’autorité de l’Etat, faits prévus et réprimés respectivement par l’article 284 du Code de la justice militaire et les articles 77 et 78 du Code pénal.

Amir Hani