La wilaya d'Oran dément l'existence de groupes cagoulés qui s'attaquent aux africains - DIA
31173
single,single-post,postid-31173,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-immigrants

La wilaya d’Oran dément l’existence de groupes cagoulés qui s’attaquent aux africains

DIA-20 avril 2018: Les services de la wilaya d’Oran ont démenti, dans un communiqué, l’existence de groupes cagoulés qui s’attaquent à des ressortissants africains qui se trouvent dans cette wilaya.
« Ces informations erronées relayées sur les réseaux sociaux visent à altérer l’image et la réputation du pays sur les plans national et international, ainsi qu’à porter atteinte aux bonnes relations qui lient notre pays avec les pays africains amis et frères, y compris les ressortissants qui se trouvent à Oran », a indiqué la wilaya dans le communiqué.
La wilaya d’Oran a appelé les Africains qui se trouvent dans cette ville « à ne pas croire à ces mensonges », affirmant que le traitement du phénomène de la migration se fait conformément aux lois et us, dans le respect total des droits de l’homme, sur la base des engagements internationaux de l’Algérie dans ce domaine », a souligné le communiqué.
Les services de sécurité compétents « s’attellent à identifier les individus à l’origine de ces fausses rumeurs, en vue d’engager des procédures judiciaires à leur encontre », a conclu le communiqué.
Le site électronique Algérie-focus avait rapporté cette information. «Des personnes encagoulées munies de chiens et d’armes blanches dont des sabres se livrent à des attaques contre des refuges de migrants subsahariens dans la cité des Amandiers à Oran. Depuis plusieurs jours, ces réfugiés sont violentés. Les femmes sont violées et ce qu’ils ont de plus précieux est systématiquement volé. La LADDH tire la sonnette d’alarme», avait rapporté ce site.