La béatification de 19 religieux de l'Eglise catholique à Oran consacre la liberté du culte en Algérie - DIA
38475
single,single-post,postid-38475,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
catholiques Algérie

La béatification de 19 religieux de l’Eglise catholique à Oran consacre la liberté du culte en Algérie

DIA-08 Décembre 2018: La béatification ce samedi à Oran de 19 religieux de l’Eglise catholique d’Algérie, victimes du terrorisme, est la meilleure réponse de l’Algérie à certains cercles et Organisations non-gouvernementales qui font dans la désinformation. Ces cercles occultes et ONG s’acharne sur l’Algérie qu’ils accusent à tort de maltraiter les chrétiens d’Algérie. 

La France est à ce propos « reconnaissante » à l’Algérie pour avoir accueilli la cérémonie de béatification des 19 religieux de l’Église catholique d’Algérie victimes du terrorisme, a indiqué le Quai d’Orsay.

« La France est reconnaissante à l’Algérie d’accueillir cette cérémonie de béatification qui sera l’occasion de célébrer le message de paix, de fraternité et de tolérance que continuent de nous inspirer l’engagement et le sacrifice de ces hommes et de ces femmes », a précisé vendredi la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, Agnès von der Muhll.

La France, poursuit la porte-parole, « rend hommage à la nation algérienne qui a su s’engager sur le chemin de la paix et de la réconciliation nationale, soulignant que c’est la raison pour laquelle le secrétaire d’Etat auprès du MAE, Jean-Baptiste Lemoyne, participe également ce samedi à la Grande mosquée Ibn Badis, à l’hommage qui sera rendu aux 114 imams algériens assassinés par des groupes terroristes durant la décennie noire.

Parmi les 19 religieux, quinze sont d’origine française. Tous ont été tués par des groupes terroristes de 1994 à 1996. Parmi eux figurent les sept moines de Tibherine (Médéa) assassinés par des membres du GIA, rappelle-t-on.

Cette béatification est une reconnaissance de la part de l’Algérie à ces religieux qui ont choisi de servir le pays quand il était confronté au terrorisme dans les années 1990. C’est aussi une preuve que la liberté du culte est une réalité en Algérie, n’en déplaise aux ONG et autres cercles dont l’objectif est de porter atteinte  à l’Algérie où musulmans et chrétiens vivent en harmonie, sachant que la presque totalité des Algériens sont des musulmans. Les communautés chérifiennes sont infimes certes, mais elles pratiquent leur religion sans qu’elles ne soient inquiétées.
Pour rappel, l’Archevêque d’Alger, Monseigneur Paul Desfarges, avait déclaré le mois de mai dernier que le problème de la liberté de culte « ne se pose pas » en Algérie et les lieux de culte de l’église catholique sont reconnus par les autorités algériennes. Il avait précisé que « la liberté de culte est garantie et assurée par la loi en vigueur dans le pays ».
Pour la précision, la Constitution de 2016 stipule dans son article 42 que « la liberté d’exercice du culte est garantie dans le respect de la loi ». La Loi de 2006, fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulmans, stipule dans son article 2 que « l’Etat algérien dont la religion est l’Islam, garantit le libre exercice du culte dans le cadre du respect des dispositions de la Constitution, de la présente ordonnance, des lois et règlements en vigueur, de l’ordre public, des bonnes mœurs et des droits et libertés fondamentaux des tiers ».
Mieux encore, l’article 3 de la même loi stipule que « les associations religieuses des cultes autres que musulmans bénéficient de la protection de l’Etat ».  La béatification des 19 religieux devrait clouer le bec aux ONG qui veulent faire croire que la liberté du culte n’existe pas en Algérie. 
Mohamed Nassim