DIA | Boukadoum et Bladehane à l’APN : les députés veulent-ils exploiter le courroux des Algériens sur le doc de France 5 ?
51685
post-template-default,single,single-post,postid-51685,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Boukadoum et Bladehane à l’APN : les députés veulent-ils exploiter le courroux des Algériens sur le doc de France 5 ?

DIA-31 mai 2020: Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum et le secrétaire d’Etat chargé de la communauté nationale et des compétences à l’étranger, Rachid Bladehane, seront auditionnés demain lundi par la commission des affaires étrangères, de la coopération et de la communauté de l’Assemblée populaire nationale (APN).

Boukadoum et Bladehane devraient fournir des explications sur le rappel « immédiatement » pour consultations de l’ambassadeur d’Algérie en France, suite au documentaire diffusé par la chaîne TV publique France 5 sur le Hirak populaire.

Pour rappel, l’Algérie avait décidé mercredi dernier de rappeler « immédiatement » en consultations son ambassadeur en France, suite au caractère récurrent de programmes diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises qui sont des « attaques contre le peuple Algérien et ses institutions, dont l’Armée nationale populaire », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Les deux responsables devraient fournir des explications sur le rappel de l’ambassadeur, sachant que le MAE a déjà publié un communiqué sur le documentaire de France 5. Toutefois, les députés qui n’ont jamais osé adopter la moindre motion contre la France ou exiger des autorités de ce pays de reconnaître les crimes de la France coloniale en Algérie, semblent vouloir récupérer ou exploiter le courroux des Algériens après la diffusion du fameux documentaire. Difficile pour ces députés, qui ont cadenassé l’APN, de se donner une crédibilité aux yeux des Algériens qui restent attachés aux valeurs de Novembre 1954.

Amir Hani