DIA | Conseil des ministres : La fin de l’impunité pour les délinquants et diffuseurs des fake news
50765
post-template-default,single,single-post,postid-50765,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Conseil des ministres : La fin de l’impunité pour les délinquants et diffuseurs des fake news

DIA-20 avril 2020: Le Conseil des ministres qui s’est réuni ce dimanche sous la présidence du président  de la République Abdelmadjid Tebboune a pris un nombre de décisions, notamment la réhabilitation de l’autorité de l’Etat à travers l’amendement du Code pénal et le durcissement des peines à l’encontre des individus qui répandent notamment des rumeurs et de fausses informations.

Le Conseil des ministres a également pris des mesures pour venir en aide à 2,2 millions de familles nécessiteuses, recensées par les Pouvoirs publics afin de bénéficier de l’allocation du mois de Ramadhan.

Amendement du Code pénal, criminalisation des fake news et durcissement des peines

Le ministre de la Justice, Garde des sceaux a présenté, pour débat et adoption, un avant projet de loi modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 08 juin 1966 portant Code pénal.

Les dispositions du texte proposent une adaptation de cette loi avec les mutations survenant dans le pays, afin de prendre en charge les nouvelles formes de criminalité qui en découle, et combler le vide dans le système juridique en matière de gestion des crises.

Les dispositions, adoptées par le Conseil des ministres, proposent aussi de criminaliser les actes qui se sont répandus ces dernières années, notamment la diffusion de fakenews qui portent atteinte à l’ordre et à la sécurité publics, l’atteinte à la sûreté de l’Etat et à l’unité nationale.

Il s’agit aussi d’actes portant atteinte à la probité des examens et concours, de mise en danger d’autrui ou à leur intégrité corporelle.

Il est question également d’un durcissement des peines pour les crimes d’outrage et d’agression contre la personne de l’imam, destruction ou profanation de lieux de culte publics, et enfin l’augmentation des limites , minimales et maximales, de l’amende relative à la violation des règlements émanant de l’administration.

“La véritable démocratie ne saurait se construire que dans le cadre d’un Etat fort avec sa justice et sa cohésion nationale, et nous sommes déterminés à édifier cet Etat avec son référent novembriste. L’Etat fragile ne peut donner lieu qu’à l’édification d’une pseudo démocratie ouvrant les portes à l’anarchie et à la violation de la loi, à l’utilisation de l’Etat à des fins personnelles”, a fait observer le président de la République.

Allocation de solidarité du Ramadhan : 22 milliards DA alloués pour 2,2 millions de familles nécessiteuses

2.200.000 familles ont été recensées par le ministère de l’Intérieur pour bénéficier de l’allocation de solidarité durant le mois sacré de Ramadhan, dont le président de la République a décidé de porter le seuil minimum à 10.000 DA.

Les listes sont en cours d’assainissement pour éviter les doubles allocations et un montant de 22 milliards de DA a été alloué à cette opération.

Quant aux autres catégories impactées par les mesures préventives, à l’instar des professions libérales, celles-ci restent soumises à la régulation des secteurs concernés, pour la mise en place des mécanismes et dispositions nécessaires à leur prise en charge.

Le président de la République a relevé que le véritable contrôle est le contrôle populaire et non pas administratif, ordonnant aux ministres de l’Intérieur et du Travail de classer les associations qui se sont distinguées pendant la crise sanitaire actuelle en associations d’utilité publique, sans lesquelles nous n’aurions pas pu obtenir ces résultats impressionnants en matière de solidarité et de distribution des aides.

Le Président Tebboune : L’Algérie ne parvient pas à produire localement à 100% un téléviseur ou un réfrigérateur

Par la suite, le président de la République a réagi à un exposé présenté par le ministre de l’Industrie sur la  révision du cadre législatif relatif à la promotion de l’investissement et la réorganisation du secteur économique public. Il a souligné que l’évaluation doit s’appuyer à la réalité amère pour pouvoir sortir avec une vision claire de ce que nous voulons réaliser.

Malheureusement, a-t-il déploré, cette réalité montre que nous ne sommes pas parvenus, à ce jour, à produire localement à 100% un téléviseur ou un réfrigérateur alors que l’Algérie recèle des compétences scientifiques dans les divers domaines. Des compétences qui ont démontré leur potentiel dans notre lutte collective contre la propagation de la pandémie du Coronavirus, a ajouté M Tebboune.

En matière du montage industriel, le Président de la République a mis l’accent sur l’importance d’accorder la priorité aux produits garantissant un taux d’intégration élevé en vue de réduire la facture d’importation et créer des postes d’emploi, instruisant, par la même, de recenser toutes les ressources naturelles nationales non exploitées afin de renforcer nos capacités d’exportation, de compenser la baisse des recettes d’hydrocarbures et de préserver cette richesse aux générations montantes.

Le Président refuse que l’Algérie reste tributaire des fluctuations du marché mondial du pétrole

Le ministre de l’Energie a relevé dans son ‘exposé que la part des exportations de l’Algérie va baisser, pour une première étape, de 241.000 barils/jour, puis de 816.000/barils/ jour à compter du 1er mai.

Cette part augmentera à partir du premier juillet jusqu’à 864.000 barils/jours avant d’atteindre le seuil de 912.000 barils/jours entre janvier 2021 et avril 2022.

Intervenant à l’issue de l’exposé, le Président de la République s’est interrogé jusqu’à quand devrons nous rester tributaires des fluctuations du marché mondial du pétrole, mettant l’accent sur la nécessité de se tourner résolument et avec détermination vers l’industrie pétrochimique, le développement des secteurs de l’industrie et de l’agriculture et l’exploitation des ressources humaines sortant chaque année de nos universités afin de permettre aux jeunes de mettre en avant leur génie habituel.

Révision du système sanitaire dans le fond et en détail

Dans son exposé, le ministre de la Santé a indiqué que les stocks disponibles actuellement au niveau de la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) ou des hôpitaux s’élèvent à 25 millions de masques ordinaires, 900.000 autres pour les professionnels de la santé, 255.000 boîtes de Chloroquine, et 215 000 PCR ainsi que 36 000 tests PCR rapides. 

Le président de la République qui a exprimé sa satisfaction quant à l’amélioration relative en matière de lutte contre la propagation de la pandémie, a appelé à faire montre de davantage de discipline, de vigilance et de patience.

Rappelant que “la crise est souvent source de motivation”, le Président Tebboune a mis en avant l’impératif de mettre à profit cette situation pour une révision du système sanitaire dans le fond et en détail pour cadrer notamment avec la croissance démographique estimée à un (1) million d’habitants annuellement et asseoir un système de santé moderne garantissant au citoyen une prise en charge sanitaire décente.

Il a appelé, dans ce sens, à la libération des initiatives et à la production des équipements médicaux localement non seulement pour atteindre l’autosuffisance mais pour l’exportation également, soulignant la disponibilité de l’Etat à mettre en place les incitations financières nécessaires à cet effet.

Réactivation du Fonds de soutien aux micro-entreprises et startups

Au terme de son intervention, M. Tebboune a condamné le comportement contraire à la morale de ceux qui utilisent la pandémie afin de semer la panique et le désespoir pour servir des intérêts douteux sans aucun lien avec les intérêts du peuple.

La dernière intervention a été celle du ministre de la Micro-entreprise, des Startups et de l’Economie de la connaissance qui a évoqué les contributions de jeunes innovants porteurs de projets et de startups dans la prévention et la lutte contre la pandémie Covid-19.

Le président de la République s’est félicité de toutes les initiatives jeunes, un des piliers de la relance industrielle de la nouvelle Algérie.

Insistant sur la libération des énergies juvéniles, dont l’exploitation est urgente pour l’Etat, le président de la République a instruit la réactivation du Fonds de soutien aux micro-entreprises et startups, et l’élaboration de lois régissant les initiatives des jeunes dans des cadres clairs, avant fin avril courant.

Amir Hani 

0Shares