Un court métrage algérien en compétition à la Semaine de la Critique à Cannes - DIA
31053
single,single-post,postid-31053,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Elias Belkeddar

Un court métrage algérien en compétition à la Semaine de la Critique à Cannes

DIA-17 avril 2018: Le cinéma algérien qui a brillé par son absence pour cette édition au festival de Cannes dans la catégorie long métrage sera enfin présent dans la catégorie court métrage à la 57e édition de la Semaine de la Critique, qui est organisée en marge du Festival international du film de Cannes.  

Le court métrage de 15′ « Un jour de mariage » est réalisé par le franco-algérien Elias Belkeddar, qui est spécialiste du clip. Le film qui a été tourné à Alger sera présenté en avant première mondiale à Cannes raconte l’histoire de Karim, un voyou français en exil à Alger, qui vit de petites combines. Il traîne son spleen auprès d’autres bandits à Alger qui est présenté comme une prison à ciel ouvert.

Le film met en vedette deux comédiens : Miloud Berrahal, Said Belhamra. Le film est une coproduction entre la société française ICONOCLAST de Mourad Belkeddar & Elias Belkeddar et la société de production algérienne spécialisée dans la publicité: 2 HORLOGES de Hugo Legrand & Yacine Medkour. 

Faute de long métrage, il reste que le court métrage pour sauver le parcours honorable du cinéma algérien à Cannes. Reste à sa voir quelle tournure a pris ce film qui établi un lien fort et distancé entre les deux rives de la méditerranée: l’Algérie et la France.

Avec une sélection de 13 courts métrages et 11 premiers et seconds longs métrages, cette 57e Semaine de la Critique affirme son appétit de découverte avec 7 premiers films ainsi que 7 regards de réalisatrices. Cette jeune génération de cinéastes, qu’elle soit qu’elle soit d’Europe de l’Ouest ou de l’Est, d’Asie ou d’Amérique interroge sans concession les fondamentaux : la famille, le militantisme, le rôle de la femme dans la société. Des talents les plus confirmés aux nouveaux visages du cinéma mondial, une galerie de comédiens éblouissants irradie ces œuvres empreintes d’une profonde humanité dans une sélection où les films convoquent avec jubilation différents genres cinématographiques, du décapant à l’intime, du thriller psychologique à la comédie au drame familial.  Le jury de cette 57e édition est présidé par le réalisateur norvégien Joachim Trier, révélé avec Oslo, 31 août. Il sera entouré des comédiens Chloë Sevigny et Nahuel Pérez Biscayart ainsi que de Eva Sangiorgi et Augustin Trapenard.

Enfin à noter que la commission de sélection a reçu et visionnés 1500 courts métrages et 1100 longs métrages visionnés. Parmi les 11 longs métrages de la sélection, 7 premiers films et 4 seconds.

Salim AGGAR