DIA | FLN, RND, TAJ, EL Karama, ANR…ces partis qui collent à chaque initiative annoncée par le Président Tebboune
54559
post-template-default,single,single-post,postid-54559,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

FLN, RND, TAJ, EL Karama, ANR…ces partis qui collent à chaque initiative annoncée par le Président Tebboune

DIA-05 septembre 2020:  Les partis politiques qui incarnent l’ancien Pouvoir réagissent au quart de tour à toute initiative ou décision prises par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Ces partis qui avaient fait dans l’allégeance au temps de l’ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika et soutenu le 5e mandat, sont les mêmes qui veulent coller au Président Tebboune en devenant les chantres de « l’Algérie nouvelle » et de la révision constitutionnelle.

En ce sens, dès que le chef de l’Etat a annoncé la date du 1er novembre pour l’organisation du référendum populaire sur la révision de la Constitution, ce sont ces mêmes partis qui sont montés au créneau pour « soutenir » et « applaudir » les décisions du Président.

Il s’agit bien évidemment du Front de libération nationale (FLN), le Rassemblement national démocratique (RND), Tajamou Amel el Jazair (TAJ) dont les leaders croupissent en prison. A ces partis s’ajoutent El Karama du fameux Mohamed Benhamou qui avait réclamé au temps de Bouteflika une récompense pour son asservissement ou encore le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli qui soutient tout le monde, pourvu qu’il soit du Pouvoir.

Le Président Tebboune qui a toujours soutenu « qu’il n’était le candidat d’aucun parti, mais du peuple », a tenté, chaque fois que l’occasion se présente, de s’éloigner de ces partis de l’ancienne Alliance présidentielle.

Le président de la République a affirmé qu’il veut s’appuyer sur la société civile qui est plus crédible, rejetant ainsi tout soutien des partis politiques. Qu’à cela ne tienne, ces partis multiplient leurs sorties pour soutenir le Président à l’exemple du RND, dont le secrétaire général, Tayeb Zitouni a indiqué que « les associations de la société civile ne peuvent pas remplacer les partis politiques ».

Zitouni a  également appelé les élus de son parti à se mobiliser pour participer « activement » au débat sur la révision constitutionnelle, dont l’avant-projet sera soumis au référendum le 1er novembre prochain.

Tout en saluant la démarche du Président de la République, le secrétaire général du FLN, Abou El Fadl Baadji, a appelé les parlementaires de son parti à contribuer « fortement » au débat du projet de révision constitutionnelle et à exercer leur rôle vital et fondamental dans la sensibilisation et la mobilisation.

De son côté, TAJ a affirmé son adhésion au processus d’instauration de l’Algérie nouvelle où régnera l’Etat de droit et libertés à travers une Constitution consensuelle répondant aux aspirations du peuple ». Lui emboitant le pas, me parti El Karama a salué le choix du 1er novembre 2020 comme date pour la tenue du référendum sur le projet de la révision constitutionnelle, qui revêt « des dimensions historiques » et constitue « une preuve sur la bonne foi des autorités publiques pour bâtir une Algérie nouvelle ».

L’ANR a suggéré d’organiser une Conférence nationale pour débattre de la Constitution pour la plébisciter ! Il avait fait la même proposition quand Bouteflika avait annoncé sa candidature pour ke 5e mandat.

Il ne manque que le Mouvement populaire algérien (MPA) de Amara Benyounes pour compléter la panoplie des partis qui innovent en matière de soutien au Pouvoir, au moment où les partis islamistes font montre d’une grande gêne après la révélation sur leurs relations étroites avec l’ancien Pouvoir, notamment Said Bouteflika, le frère et conseiller spécial de l’ex-président de la République.

Amir Hani

0Shares