DIA | Guerre en Ukraine : Poutine et Lavrov blacklistés par les États-Unis
66536
post-template-default,single,single-post,postid-66536,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Guerre en Ukraine : Poutine et Lavrov blacklistés par les États-Unis

DIA-26 février 2022: Les États-Unis vont sanctionner le président russe Vladimir Poutine et son ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov, et leur interdire l’entrée sur leur territoire, une décision rarissime contre des dirigeants étrangers, a annoncé vendredi 25 février la porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki.
Une interdiction de voyager vers les États-Unis sera «une partie» de ces mesures, prises en représailles à l’invasion de l’Ukraine, a-t-elle indiqué. «C’est un élément habituel» des sanctions contre des personnalités étrangères, a encore ajouté Jen Psaki, tout en assurant que le détail de ces sanctions historiques contre le président russe serait révélé plus tard.

Sur la liste figurent Kim Jong Un et Bachar al-Assad
Les deux hommes rejoignent ainsi une liste de dirigeants directement sanctionnés par les États-Unis sur laquelle figurent le leader iranien Ali Khamenei, le président du Venezuela Nicolas Maduro, le dictateur nord-coréen Kim Jong Un, ou encore le président syrien Bachar al-Assad. Elle a aussi estimé que s’en prendre au président ukrainien Volodymyr Zelensky serait «un acte atroce» de la part des Russes, lors d’un point presse de routine.

Vladimir Poutine et Sergueï Lavrov sont déjà la cible de sanctions financières de l’Union européenne et du Royaume-Uni, ce qui signifie pour l’essentiel que leurs avoirs seront gelés. «Les sanctions contre le président et le ministre des Affaires étrangères du pays sont un exemple et une démonstration de l’impuissance absolue de votre propre politique étrangère», a répliqué vendredi la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova à la télévision russe.

0Shares