DIA | Les imams instruits de tenir des prêches le vendredi appelant à la paix et à la stabilité
40247
post-template-default,single,single-post,postid-40247,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les imams instruits de tenir des prêches le vendredi appelant à la paix et à la stabilité

DIA-22 février 2019: Les imams ont été instruits de tenir ce vendredi des prêches dans lesquels ils doivent mettre en exergue les vertus de la paix et de la stabilité dont jouit l’Algérie, tout en rappelant que le pays vient à peine de sortir de  l’instabilité.
Il s’agit d’une instruction adressée aux directions de wilayas relevant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. Les imams doivent rappeler dans leurs prêches, à l’occasion de la prière hebdomadaire du vendredi,  que l’Algérie ne doit pas revivre les affres de la décennie noire.
En ce sens, ceux qui appellent à marcher ce vendredi et surtout ceux qui veulent inciter à des actes de violence et de vandalisme s’inscrivent dans un agenda ou une feuille de route établis par des parties occultes et hostiles à l’Algérie, a-t-on encore précisé.
S’agissant de ceux qui s’opposent à un 5ème mandat du Président Abdelaziz Bouteflika, les imams doivent leur expliquer que la violence n’est pas la solution d’autant plus que des élections présidentielles seront organisées le 18 avril prochain et ce sera au peuple de décider à travers les urnes. En d’autres termes, des appels au calme seront lancés par les imams à l’égard de ceux qui veulent marcher tout en les invitant à voter et exprimer leur refus au 5ème mandat du Président Bouteflika par l’urne.
Pour rappel, des appels anonymes ont été lancés sur les réseaux sociaux pour organiser des marches populaires ce vendredi à travers le pays. Il faut aussi préciser que les marches à Alger sont interdites par la loi d’où la nécessité d’éviter de marcher dans la capitale et éviter aussi la confrontation avec les forces de l’ordre. 
Mohamed Nassim
 
0Shares