DIA | Les imams soutiennent les marches et répondent à Ouyahia
40468
post-template-default,single,single-post,postid-40468,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les imams soutiennent les marches et répondent à Ouyahia

02 MARS 2019: Plusieurs imams ont appelé, à l’occasion du prêche de la prière hebdomadaire du vendredi, les Algériens à marcher dans le calme et la sérénité.  Ces imams ne se sont pas opposés aux marches, mais ont prôné un discours contre ceux qui font peur au peuple et qui parlent de violence pouvant survenir lors ou après ces marches.
L’imam de la mosquée Les Sources (Bir Mourad Rais) a ouvertement critiqué le Premier ministre Ahmed Ouyahia, lequel avait indiqué «qu’en Syrie, tout avait commencé par une rose pour se terminer dans un bain de sang».
L’imam s’est dit «opposé aux gouvernants qui sèment le désespoir et qui font peur aux Algériens en faisant un parallèle avec la Syrie», appelant en même temps, les Algériens à «s’unir pour protéger le pays des divisions».
L’imam a ainsi donné l’exemple du bateau qui transportait deux catégories de gens, en haut il y avait les privilégiés et dans la cale les gens défavorisés. Ces derniers ont voulu abimer le bateau pour se venger des privilégiés, mais ils se sont rendu compte que s’ils se comportaient ainsi c’est le bateau qui va couler avec les privilégiés et les défavorisés. Cet exemple s’applique à l’Algérie qui doit être sauvée comme le bateau, a fait observer l’imam.
Le même discours a été prôné par l’Imam de la mosquée Al Rahmane de Baraki. Il a appelé à préserver le pays de la fitna et ne pas céder au discours défaitiste et alarmiste. A El Biar, l’imam a également mis en avant dans son prêche la stabilité du pays  à préserver et surtout ne pas céder à la provocation et éviter toutes formes de violence.
 
Mohamed Nassim
0Shares