DIA | Intempéries, choléra et piqûres de scorpion : Bedoui tente de dissimuler l’échec de la gestion des walis
35667
post-template-default,single,single-post,postid-35667,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Intempéries, choléra et piqûres de scorpion : Bedoui tente de dissimuler l’échec de la gestion des walis

DIA-17 Septembre 2018:Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a vainement tenté de dissimuler l’échec des walis dans la gestion des collectivités locales. Les dernières intempéries ont dévoilé l’échec de la gestion des walis, sachant que «gérer, c’est prévoir».
En ce sens, l’épidémie du choléra qui a terni l’image de l’Algérie, suivie pas les intempéries, sont autant d’exemples et de preuves de l’échec des walis qui sont les premiers responsables de leurs circonscriptions.
Quand le ministre de l’Intérieur appelle les Algériens à faire montre de “vigilance pour déjouer toutes tentatives de troubles menées par des cercles agissant dans l’ombre”, on peut considérer qu’il s’agit d’un discours creux qui ne va jamais dissuader et  convaincre les jeunes de Ouargla ou les populations de Tébessa ou de Sidi Bel Abbes de crier leur ras-le-bol ou manifester leur courroux.
Bedoui développe un discours dépassé et consommé quand il parle de “l’Algérie qui a survécu au terrorisme et qui doit être préservée par ses enfants”. Il est vrai que des efforts colossaux ont boosté le développement local, mais force est de constater que les walis n’ont pas suivi.
Bedoui a évoqué la modernisation des collectivités locales, tout en soutenant que le défi est de mettre en place une “commune électronique” qui sera à la hauteur des aspirations de la population. Or, des communes souffrent en 2018 du manque d’eau potable et de la prolifération des maladies à transmission hydrique (MTH) comme le choléra. Des citoyens continuent de mourir des morsures de scorpions. En somme, il s’agit d’un échec global et généralisé des walis lesquels font montre de mauvaise gestion mais aussi de comportements hautains envers les pauvres citoyens. Il est donc temps de provoquer une révolution dans le corps des walis. A ce propos, un large mouvement devrait être effectué par le chef de l’Etat dans le corps des walis dans les prochains jours.
Mohamed Nassim
 
0Shares