DIA | Le wali d’Oran reçoit l’enseignante humiliée sans présenter ses excuses
56054
post-template-default,single,single-post,postid-56054,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le wali d’Oran reçoit l’enseignante humiliée sans présenter ses excuses

DIA-24 octobre 2020: Le wali d’Oran, Messaoud Djari a reçu jeudi l’institutrice Sidya Merabet de l’école primaire Ben Zardjeb sans présenter d’excuse à cette courageuse enseignante qui a suscité admiration et soutien des Algériens.

Après s’être rendu compte de sa bévue et surtout du soutien du Premier ministre Abdelaziz Djerad et du ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, le wali s’est empressé à recevoir dans son bureau l’institutrice qui l’a fait fléchir. Cependant, il n’a pas présenté ses excuses et aurait pu imiter le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid-Ali Khaldi. Ce dernier a présenté ses excuses au peuple algérien et a reconnu que « l’être humain se trompe et n’est pas infaillible ».

Sans doute, le wali d’Oran s’attendait à ce que cette institutrice le remercie de l’avoir reçu ou encore loue sa décision de l’avoir reçue dans son bureau.

L’enseignante est restée digne puisqu’elle a indiqué à sa sortie du siège de la wilaya d’Oran que l’école primaire où elle exerce fera l’objet d’un intérêt particulier dans le cadre de la prise en charge des préoccupations de cet établissement, sachant que le mobilier de l’école a déjà été renouvelé dans la journée d’aujourd’hui.

Elle a expliqué qu’à travers l’expression « l’époque coloniale » utilisée dans sa revendication, l’enseignante dit n’avoir jamais eu une quelconque mauvaise intention, mais « c’était seulement une façon d’illustrer la vétusté du mobilier ». Elle n’a, à aucun moment, évoqué sa rencontre avec le wali qui l’avait humilié pour avoir dénoncé l’état désastreux dans lequel se trouvait l’école primaire où elle exerçait.

Amel Bouchaib

0Shares