DIA | Les Forces de l’alternative démocratique réagissent au discours de Gaid Salah
45508
post-template-default,single,single-post,postid-45508,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les Forces de l’alternative démocratique réagissent au discours de Gaid Salah

DIA-19 septembre 2019: Les Forces de l’alternative démocratique qui se sont réunis au siège du Parti des travailleurs (dont la SG Louisa Hanoune est incarcérée) ont réagi au discours du Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, et évoquent «l’ingérence étrangère».

En ce sens, les Forces de l’alternative démocratique se sont prononcées sur «les développements politiques en cours  qui vont à l’encontre de la démocratie et qui risquent de pousser le pays vers la dislocation susceptibles de provoquer l’ingérence étrangère», lit-on dans le communiqué.

Pour rappel, Gaid Salah a affirmé dans son discours, ce mercredi avoir donné des instructions à la Gendarmerie nationale pour faire face avec fermeté aux agissements des éléments de la bande qui organisent des voyages à Alger pour participer aux marches. Gaid Salah a évoqué «l’application rigoureuse des réglementations en vigueur, y compris, l’interception des véhicules et des autocars utilisés à ces fins, en les saisissant et en imposant des amendes à leurs propriétaires».

Pour les Forces de l’alternative démocratique, Gaid Salah «qui a multiplié  les discours vient de franchir un nouveau pas en interdisant, par un simple discours, aux Algériennes et aux Algériens d’exercer  un droit fondamental arraché de hautes luttes et inscrit dans la constitution, celui de circuler librement sur tout le territoire national».

Ces partis ont qualifié cette mesure «d’anticonstitutionnelle et antidémocratique» estimant «qu’elle risque  d’ouvrir  la voie à tous les dérapages car instituant autour de la capitale un état de siège qui ne dit pas son nom».

«Les forces de l’alternative démocratiques qui ont déjà considéré, comme la majorité du peuple que la solution ne réside pas dans l’organisation de  présidentielles, synonymes du maintien du système en place, dénoncent la volonté de passage en force du pouvoir et appellent les Algériennes et Algériens à maintenir leur mobilisation jusqu’à la satisfaction de leurs aspirations légitimes», ajoute le communiqué des Forces de l’alternative démocratique, constituée notamment du Front des Forces socialistes (FFS), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), le Parti des travailleurs (PT), le Parti socialiste des travailleurs (PST), l’Union pour le changement et le progrès (UCP), le Mouvement démocratique et social (MDS) et la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH).

Amir Hani