DIA | L’Iran condamne l’accord Israël-Emirats, soutien des principaux pays du Golfe
53884
post-template-default,single,single-post,postid-53884,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’Iran condamne l’accord Israël-Emirats, soutien des principaux pays du Golfe

DIA-14 août 2020: Téhéran a condamné vendredi 14 août l’accord de normalisation des relations entre sa bête noire Israël et les Emirats arabes unis, conclu sous l’égide des États-Unis, son ennemi juré, affirmant que cela allait renforcer «l’axe de la résistance» pro-iranien dans la région.

Cet accord annoncé jeudi est une «stupidité stratégique d’Abou Dhabi et de Tel-Aviv qui renforcera sans aucun doute l’axe de résistance», a déclaré le ministère iranien dans un communiqué en référence aux alliés de Téhéran au Moyen-Orient. L’établissement de relations diplomatiques entre Israël et les alliés des États-Unis dans le Golfe est un objectif clé de la stratégie régionale du président américain Donald Trump pour contenir l’influence grandissante de l’Iran.

Washington et Téhéran sont à couteaux tirés depuis le retrait unilatéral en mai 2018 des États-Unis de l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015. Donald Trump a été le premier à annoncer l’accord entre Israël et les Émirats qui prévoit une normalisation de leurs relations et qui, une fois signé, fera de la fédération le troisième pays arabe à suivre cette voie depuis la création de l’État hébreu en 1948. «Le peuple opprimé de Palestine et toutes les nations libres du monde ne pardonneront jamais la normalisation des relations avec l’occupant et le régime criminel d’Israël», a affirmé le ministère iranien des Affaires étrangères.

«Combine»
Qualifiant «l’action honteuse des Émirats» de dangereuse, la diplomatie iranienne a mis en garde contre toute ingérence israélienne dans le Golfe et affirmé que «le gouvernement émirati et les autres Etats à ses côtés seront responsables des conséquences» de cet accord. Dans une allusion à son grand rival régional, l’Arabie saoudite, Téhéran a aussi appelé les dirigeants «dans leur tour d’ivoire» qui s’opposent aux peuples palestinien et yéménite à ne pas «confondre leurs ennemis et leurs amis».

Dans un éditorial, l’agence officielle iranienne Irna a affirmé que l’accord n’était ni historique, ni stratégique, ni une volonté des Etats-Unis de «résoudre les problèmes de la région» mais seulement une combine de M. Trump pour se faire réélire alors que les sondages donnent de l’avance à son adversaire démocrate Joe Biden.

Soutien des principaux pays du Golfe 

La plupart des pays du Golfe ayant déjà des relations officieuses avec Israël, l’impact de l’accord sera limité, selon Irna, qui affirme que d’autres comme l’Arabie saoudite, Oman, Bahreïn et le Koweït suivront les Emirats dans les trois mois qui précèdent la présidentielle américaine pour en influencer l’issue. 

Les autres pays arabes n’ont pas encore réagit, notamment les pays du Maghreb comme l’Algérie et la Tunisie, qui soutiennent sans concession la cause palestinienne.   

0Shares