DIA | Mélenchon met en garde Macron contre une « ingérence » au Liban
53614
post-template-default,single,single-post,postid-53614,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Mélenchon met en garde Macron contre une « ingérence » au Liban

DIA-06 août 2020: Le chef de file de « La France insoumise » a critiqué la visite du président français Emmanuel Macron au Liban, au surlendemain d’explosions meurtrières à Beyrouth, s’élevant contre toute « ingérence ».

« Je mets en garde contre une ingérence dans la vie politique du Liban. Elle ne sera pas acceptée. Le Liban n’est pas un protectorat français », a-t-il écrit sur Twitter, alors que le président français s’exprimait devant la presse à son arrivée à Beyrouth.

« Je mets en garde les Libanais à propos des réformes de Macron: protégez les revendications de votre révolution citoyenne », a ajouté le député de la formation « La France insoumise ».

Macron a annoncé jeudi à Beyrouth qu’il voulait « organiser l’aide internationale » pour le Liban après les explosions mardi au port de Beyrouth qui ont fait au moins 137 morts et 5.000 blessés, et dévasté des quartiers entiers de la capitale.

Face à la crise politique, sociale, économique et financière du pays, Macron a aussi souhaité « un dialogue de vérité » avec les autorités et a rappelé que la France porte « l’exigence (…) depuis des mois pour ne pas dire des années de réformes indispensables » dans « certains secteurs », comme « l’énergie, les marchés publics, la lutte contre la corruption ».

« Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s’enfoncer », a mis en garde M. Macron.

Jean-Luc Mélenchon avait salué mercredi l’envoi par la France d’une assistance au Liban, y voyant « une très bonne chose ». « Mais la visite officielle (d’Emmanuel Macron) risque plutôt d’embarrasser et de désorganiser. Quant à rencontrer toutes les forces politiques du Liban, mieux vaudrait que ce soit sans exclusive », avait-il ajouté.