DIA | Mellal perturbe la campagne électorale de Zetchi et Medouar
54767
post-template-default,single,single-post,postid-54767,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Mellal perturbe la campagne électorale de Zetchi et Medouar

DIA-11 septembre 2020: Le président de la JS Kabylie, Cherif Mellal, a été lourdement sanctionné par la Ligue de football professionnel qui lui a infligé une suspension de deux années avec proposition au ministère de la Jeunesse et des Sports de le radier à vie !

Il faut relever que la Ligue a précisé dans son communiqué que sa commission de discipline (CD) s’est réunie sur « saisine de la FAF ». Il faut aussi relever que deux jours avant la réunion de la CD de la LFP, la FAF avait publié un communiqué dans lequel elle avait descendu en flammes Mellal.

Une sortie maladroite de la part de la FAF qui, à travers son communiqué, aura influencé la commission de discipline de la LFP qui a prononcé la plus lourde sanction prévue dans le code disciplinaire à l’encontre de Mellal.

Il est reproché au président de la JSK « la violation de l’obligation de réserve, outrage à la fédération, ligue et leurs structures et membres, atteinte à la dignité et à l’honneur de leurs membres et non respect des décisions des commissions juridictionnelles ».

Mellal avait ouvert le feu sur la FAF et la LFP qui ont, a-t-il soutenu, privé la JSK d’une participation à la coupe de la CAF, sur la base du classement du championnat. Après le verdict du Tribunal arbitral sportif international de Lausanne (Suisse), ayant donné gain de cause à l’USMA dans son litige l’opposant au MCA, le classement du championnat devrait être revu, avec la défalcation des points de la victoire au MCA et la restitution à l’USMA des trois points défalqués par la LFP.

L’ES Sétif qui est concernée par une place africaine, avait aussi menacé la FAF de recourir au TAS de Lausanne. C’est ainsi que la FAF aurait trouvé un « deal » avec l’ESS pour éviter un autre affront du TAS de Lausanne.

En ce sens, Mellal crie haut et fort « l’injustice » commise contre la JSK. Il a estimé que les décisions de la FAF sont « nulles et non avenues car c’est une fédération illégitime ». A chaque fois, Mellal revient à la charge pour « dénoncer l’élection illégitime, organisée à huis clos, de l’actuelle FAF ».

Il avait révélé avoir été contacté « par l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, pour voter en faveur de Zetchi, lors de l’AG de la FAF en mars 2017 », précisant qu’il avait « refusé de marcher dans la combine ».

Aujourd’hui, il considère que la FAF s’acharne contre lui. Une FAF qui est en pleine campagne électorale en prévision de l’AG élective de mars 2021. La FAF de Zetchi a déjà « acheté » les clubs en changeant le système de compétition cette saison, à savoir la suppression de la relégation en Ligue 1 et l’accession massive des clubs des divisions inférieures. Ce changement de compétition a été décidé malgré l’interdiction faite par l’actuel MJS aux fédérations sportives de procéder aux moindres changements dans les systèmes de compétition.

Mieux encore, la FAF utilise l’argent de la CAF et de la FIFA en prévision de l’AG élective du mois de mars prochain. La FAF a procédé à la répartition des aides décidées par la FIFA et la CAF au profit des clubs algériens d’un montant global de 165,6 millions DA, dans le cadre de la pandémie de la COVID-19.

Cela explique le silence observé par les clubs, lesquels ont subitement cessé leurs critiques à l’encontre de la FAF…

En ce sens, Mellal est considéré par la FAF comme un grain de sable ou une peau de banane qui perturbe la machine électorale de l’actuel président de la fédération, mais aussi de son rival de la LFP en prévision de l’AGE de la FAF de 2021.

Le seul moyen d’écarter Mellal, c’est de le radier à vie du Mouvement sportif national. Or, cette décision ne relève pas de la FAF, mais du MJS. Affaire à suivre.

Nassim Fateh

0Shares