Noureddine Bedoui, un ministre de l'Intérieur avec des prérogatives d'un Premier ministre - DIA
32093
single,single-post,postid-32093,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-bedoui

Noureddine Bedoui, un ministre de l’Intérieur avec des prérogatives d’un Premier ministre

DIA-18 mai 2018: Le ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, semble bénéficier des prérogatives d’un Premier ministre, compte tenu de ses déclarations,  mais aussi et surtout des missions qui lui sont confiées.

Bedoui est plus médiatisé que le Premier ministre Ahmed Ouyahia et bénéficie de missions qui devraient être dévolues au Premier ministre. Samedi dernier, Bedoui avait effectué une visite de travail dans la wilaya déléguée de Djanet pour inaugurer de grands projets dans le domaine de l’énergie. Une visite que devait effectuer Ouyahia.
Le même jour, Ouyahia se trouvait à l’Ecole nationale d’administration (ENA) à Ben Aknoun à l’occasion de la sortie d’une promotion de cet établissement. Ouyahia a dû attendre que Bedoui retourne à Alger de sa visite à Djanet pour que la cérémonie de sortie de la promotion de l’ENA commence. Un Premier ministre qui attend son ministre de l’Intérieur ! Etonnant.
Au cours de la même semaine, Bedoui a effectué une visite de travail en Espagne, alors que c’était  Ouyahia qui était  le plus indiqué pour celle-ci. Mieux encore, lors de la visite du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, mardi dernier à Alger, c’est Bedoui qui l’avait accompagné. Pourtant les secteurs visités par le Président ne relevaient pas du ministère de l’Intérieur, à savoir la zaouia de Birkhadem (ministère des Affaires religieuses) et la Grande mosquée d’Alger (ministère de l’Habitat).
^la logique aurait voulu que ce soit Ouyahia qui devait être présent lors de cette visite aux côtés du chef de l’Etat et non pas Bedoui. La sollicitation du ministre de l’Intérieur technocrate et son omniprésence ont laissé supposer qu’il serait le successeur d’Ouyahia. Bedoui qui est un ancien wali, avait déjà dirigé le ministère de la Formation avant d’atterrir à l’Intérieur. 
Amir Hani