DIA | Présidentielle : Benflis, Bengrina et Zaghdoud ont retiré les formulaires de souscription
45560
post-template-default,single,single-post,postid-45560,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Présidentielle : Benflis, Bengrina et Zaghdoud ont retiré les formulaires de souscription

DIA-21 septembre 2019: Contrairement aux élections du 4 juillet qui ont été reportées faute de candidats, cette fois-ci, 14 postulants à la candidature pour l’élection présidentielle du 12 décembre prochain ont retiré les formulaires de souscription de signatures individuelles.

Il s’agit entre autres du président du parti Talaïe El Houriet, Ali Benflis, le président du Mouvement El Bina, Abdelkader Bengrina, le président du Rassemblement algérien (RA) Ali Zaghdoud et le président du parti Errafah, Mourad Arroudj, selon l’Autorité nationale indépendante des élections, citée par l’APS.

La même Autorité a précisé que l’opération de retrait des formulaires de souscription de signatures individuelles se déroule dans de bonnes conditions, sachant que le siège de l’Autorité est situé à la résidence d’Etat à Club des pins.

Il faut relever que l’on n’assistera plus au carnaval des précédentes élections, quand d’illustres inconnus pour ne pas dire des comiques et autres clowns s’étaient présentés au ministère de l’Intérieur pour retirer les formulaires de candidatures. Ces personnages avaient même bénéficié d’une couverture médiatique et avaient été médiatisés par les chaînes TV privées qui les avaient tourné en dérision.

La nouvelle loi organique relative au régime électoral prévoit entre autres que le candidat à la présidence de la République doit déposer une demande d’enregistrement auprès du président de cette Autorité, selon cette nouvelle loi exigeant au candidat de joindre à son dossier de candidature qui doit être  déposé par lui-même auprès de l’instance, plusieurs documents dont un diplôme universitaire ou un diplôme équivalent et un certificat de nationalité algérienne d’origine.

Elle prévoit aussi que le candidat à la présidence doit présenter une liste comportant cinquante-mille (50.000) signatures individuelles au moins, d’électeurs inscrits sur une liste électorale. Ces signatures doivent être recueillies à travers au moins 25 wilayas. Le nombre minimal des signatures exigées pour chacune des wilayas ne saurait être inférieur à 1200.

Amir Hani

0Shares