DIA | Quand le wali d’Oran se dérobe des véritables problèmes posés par une enseignante (vidéo)
55987
post-template-default,single,single-post,postid-55987,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Quand le wali d’Oran se dérobe des véritables problèmes posés par une enseignante (vidéo)

DIA-22 octobre 2020: Le wali d’Oran a cru avoir trouvé une échappatoire aux problèmes de fond posés par une enseignante dans une école primaire, ce mercredi à l’occasion de la rentrée scolaire. Le wali a humilié l’enseignante et ne l’a pas laissé continuer de poser les problèmes dont souffre l’établissement où elle exerce sous prétexte qu’elle a qualifié les tables des classes des cours de « l’époque coloniale ».

Il s’est attardé sur ce point faisant remarquer à cette enseignante que « les tables ne datent pas de l’époque coloniale », sachant qu’il s’agit d’une expression populaire en Algérie quand il s’agit de décrire quelque chose de très vétuste et ancien.

Le wali a fermé les yeux et a fait la sourde oreille quand l’enseignante lui a signifié que l’établissement ne dispose pas de femmes de ménage et que ce sont les enseignants qui ont nettoyé les classes des cours. Il en a fait de même quand cette courageuse enseignante lui a fait savoir que c’est un parent d’élève bienfaiteur qui a payé de sa propre poche pour procéder aux travaux de réfection des toilettes.

Cela se passe en pleine pandémie du Coronavirus, ce qui exige une hygiène irréprochable. Mais le wali ne s’est pas intéressé à l’hygiène il a davantage focalisé sur l’expression de « l’époque coloniale », ce qui a provoqué l’ire des internautes à travers la Toile. Ces derniers se sont sympathisés avec l’enseignante, estimant que le wali ne s’est pas montré à la hauteur des instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a instruit les responsables et commis de l’Etat de rester à l’écoute des citoyens et surtout de ne pas les bouder ou les humilier.

Amel Bouchaib 
0Shares