DIA | Ramadhan-2020 : coiffeurs ambulants ou à domicile et café-presse sous le rideau
51569
post-template-default,single,single-post,postid-51569,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Ramadhan-2020 : coiffeurs ambulants ou à domicile et café-presse sous le rideau

DIA-24 mai 2020: Le Ramadhan 2020 aura été marqué par la vente clandestine du café presse et l’apparition du métier de coiffeur ambulant ou à domicile. A cause du confinement sanitaire et de la fermeture de plusieurs commerces, notamment les cafétérias et les salons de coiffure, de nouveaux métiers ou modes de métiers ont vu le jour.
Durant le mois de Ramadhan, plusieurs citoyens ayant pris l’habitude de siroter un café suivi d’une cigarette juste après la rupture du jeûne, n’ont pas pu se passer du rituel du café presse. Le café préparé à la maison n’a pas le même goût que celui servi dans les cafétérias où des machines de café presse sont utilisées.
Les cafétérias étant fermées, des commerçants ont profité de cette aubaine pour servir clandestinement du café presse dans des gobelets sous le rideau. Ce sont généralement des bureaux-tabacs ou des commerçants de cosmétiques qui se sont reconvertis dans la vente du café. D’autres plus discrets, servent ce café presse, très prisé par les Algériens, à partir de leurs domiciles.
Un « commerce » qui a bien fonctionné durant le mois de Ramadhan au point où certains ont carrément acheté des appareils de café utilisant des capsules pour servir ce liquide magique durant les soirées du Ramadhan aux amateurs de café « bien dosé ». Le prix d’une tasse ou d’un gobelet de café est plus cher que celui pratiqué habituellement dans les cafétérias surtout quand il s’agit de capsules.
L’autre métier qui a bien fonctionné durant le mois du jeûne, c’est bien évidement celui de coiffeur. Dans les quartiers populaires, les coiffeurs sont devenus ambulants. En raison de l’interdiction d’ouvrir leurs salons ou locaux, ces coiffeurs font le tour des quartiers environnants pour coiffer leurs clients à domicile. Des fois ils se déplacent plus loin que leur quartier.
Généralement, quand un coiffeur rentre dans un domicile, ce sont tous les hommes de la famille qui sont coiffés. Ainsi, il ne se déplace pas pour une seule personne, mais pour plusieurs membres d’une même famille, ce qui lui permet de coiffer plusieurs clients en même temps dans un seul endroit. A l’évidence les prix sont plus élevés que ceux pratiqués habituellement dans les salons de coiffure car le coiffeur prend le risque de se déplacer avec tous ses outils.
Mohamed Nassim