DIA | Les sangliers envahissent Alger : 145 bêtes abattues en une année
38752
post-template-default,single,single-post,postid-38752,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Les sangliers envahissent Alger : 145 bêtes abattues en une année

DIA-17 décembre 2018: La wilaya d’Alger souffre au niveau des communes situées sur les hauteurs de la capitale de la prolifération des sangliers. Ces bêtes sauvages qui se multiplient à une grande vitesse, ont envahi les quartiers d’Alger. Alors que ce sont à l’origine des animaux nocturnes, ils ont adopté un nouveau comportement en devenant des animaux diurnes en sortant même durant la journée.

Du coup, ces sangliers présentent un danger pour la sécurité des personnes, mais aussi un danger pour la santé publique. Face à cette prolifération sans limites, le nombre de sangler abattu à Alger en 2018 est de 145 sangliers, selon le président de l’Association des chasseurs d’Alger, Saoudi Mohammed cité par l’Agence APS.
Un chiffre minime comparativement à la surpopulation de ces bêtes qui, en plus du danger qu’elles présentent pour les populations, provoquent des dégâts importants aux agriculteurs.
Selon le président de l’Association des chasseurs d’Alger, les campagnes de battues ont été favorablement accueillies par les habitants des régions qui connaissent une prolifération de cette espèce, notamment Bainem, Draria, Saoula, Beni Messous, Bouzareah, Cheraga et Bouchaoui sans parler de Zerlada et Birtouta. Il faut aussi relever que ces animaux n’ont pas de prédateurs naturels, ce qui a favorisé leur prolifération. La décennie noire, au cours de laquelle la chasse était interdite a également contribué à la surpopulation des sangliers à Alger, mais aussi dans toutes les régions du pays.
 
Mohamed Nassim
0Shares