La série Netflix La Casa de Papel piratée par une chaîne algérienne - DIA
33652
single,single-post,postid-33652,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Casa Papel

La série Netflix La Casa de Papel piratée par une chaîne algérienne

DIA-10 juillet 2018: Alors que les voix s’élèvent pour dénoncer le piratage des productions étrangères sur les chaînes  de télévision algériennes, une nouvelle production de Netflix vient d’être  piratée par l’une d’elles.

En effet, la chaîne El Fadjr Tv, d’obédience islamiste, lancée en Algérie à Sidi Belabbes et qui émet sur le satellite Nilesat, diffuse de nombreuses séries turques en version originale sous-titrées en arabe et depuis quelques jours la série espagnole La casa de papel, en version française sous-titrée en arabe. 

La casa de papel est une série télévisée espagnole réalisée par Álex Pina et diffusée entre le 2 mai 2017 et le 23 novembre 2017 sur la chaîne Antena3 en Espagne et dans le reste du monde, la diffusion débuta le 20 décembre 2017 exclusivement sur la plate-forme de streaming américaine Netflix.

En principe, la chaîne algérienne privée n’a aucune autorisation pour diffuser cette série dédiée essentiellement au net. C’est la deuxième fois qu’une chaîne algérienne pirate une production réservée exclusivement sur Netflix ; la première fois c’était la chaîne El Bilad Tv qui avait piraté « Bright », un film fantastique américain coproduit et réalisé par David Ayer, sorti en 2017 directement sur Netflix.

Malgré les avertissements du DG de l’ONDA Samy Bencheikh El Hocine , aucune mesure du gouvernement n’a été prise pour stopper ce fléau du piratage de films. Lors de sa dernière sortie le patron des droits d’auteurs en Algérie avait révélé que Netflix avait installé une commission de contrôle des dépassements des télévisions privées algériennes. 

Salim Bey