DIA | Algérie-France : réchauffement des relations après une courte période de brouille
52913
post-template-default,single,single-post,postid-52913,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Algérie-France : réchauffement des relations après une courte période de brouille

DIA-14 juillet 2020: Les relations entre l’Algérie et la France connaissent un réchauffement remarquable, après une période de brouille qui aura duré près d’une année. Cette période de mésentente entre les deux pays avait failli profiter à ceux qui sont appelés les « lobbies » ou les colonialistes, nostalgiques de l’Algérie française. Cela a également failli profiter au courant arabo-baathiste qui a fustigé tous responsables algériens s’exprimant en français.

Cette brouille s’est vite dissipée grâce à la perspicacité mais aussi à la position chevaleresque du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui a exigé que la France de traiter avec l’Algérie comme un pays souverain jouissant d’un poids et d’une voix audible dans la région et le Bassin méditerranéen. Il a exigé de la France des relations d’Etat à Etat avec un respect mutuel.

Le message et la position du Président Tebboune ont été bien assimilés par la France qui est revenue immédiatement à de meilleurs sentiments en révisant sa position vis-à-vis de l’Algérie, notamment après le 12 décembre 2019, soit après l’élection de Abdelmadjid Tebboune président de la République. Emmanuel Macron qui, dans sa première réaction, avait, pris « acte de l’élection » du Président Tebboune, avait fini par adresser un message de félicitations au Président.

Aussi, la consolidation des relations entre l’Algérie et des pays amis comme la Chine et la Russie de même que les Etats-Unis d’Amérique, après le 12 décembre, a amené la France à revoir une nouvelle fois sa position et se rapprocher de l’Algérie.

En ce sens, les échanges par téléphone entre les Présidents Tebboune et Macron sont devenus fréquents. Le Président Tebboune a ainsi accordé des interviews à des médias français plus qu’aux médias d’autres pays. Il a accordé l’exclusivité à France 24 qui avait adoptée une position hostile envers l’Algérie. Auparavant, il a été interviewé par le Figaro, un journal proche de la droite puis par l’Opinion.

Ce lundi, le deuxième homme d’Etat en Algérie, le président par intérim du Conseil de la nation, Salah Goudjil, a reçu un appel téléphonique de la part de du président du Sénat français, Gérard Larcher. Les présidents des deux Chambres parlementaires ont réaffirmé leur volonté d’accompagner la « nouvelle dynamique » qui caractérise les relations entre les deux pays dans le cadre de l’approche adoptée par les Présidents Tebboune et Macron. Désormais, la brouille dans les relations algéro-françaises fait partie du passé, sachant que les deux pays sont condamnés à entretenir des relations rapprochées, en raison d’un passé commun et de la présence d’une forte communauté algérienne en France.

Amir Hani