DIA | Confidentiel: Belhimer met un terme au business des correspondants étrangers
53946
post-template-default,single,single-post,postid-53946,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Confidentiel: Belhimer met un terme au business des correspondants étrangers

DIA-16 août 2020: En accréditant une trentaine de correspondants audiovisuels étrangers à Alger, le ministère de la Communication a mis un terme définitif au business des correspondants étrangers. Ce business consistait pour certains correspondants accrédités à Alger de travailler pour plusieurs autres chaînes étrangères dont les correspondants n’étaient pas encore accrédités au niveaux du ministère de la Communication. Certains « provider »offraient leur service pour des tournages extérieurs, des lives (Direct) pour des sommes en devises fortes pour d’autres chaînes dont certaines n’étaient même pas autorisés en Algérie comme Al Jazeera, Sky Arabia ou encore Med1 sat.  L’absence d’accréditation et le travail en noir avec d’autres représentants autorisés avait conduit en prison plusieurs journalistes comme Khaled Drareni, Sofiane Merakchi ou encore Moncef Ait Kaci

En accréditant toutes les télévisions étrangères, le ministère de la Communication a régulé ce marché de l’image et chaque chaîne a désormais sa propre régie et équipe de tournage et n’a pas besoin de sous-traiter avec d’autres correspondants convertit en homme d’affaires du « news », qui gagnaient parfois entre 15 000 dollars pour un live et parfois jusqu’à 200 000 Dollars en sujets et en lives durant des événements politiques importants comme les manifestants du Hirak et  encore la présidentielle de décembre 2019. 

Il faut préciser que cette pratique illégale est née en 2003, quand Khalifa Tv qui avait été obligé sous traiter avec des correspondants étrangers accrédités en Algérie pour faire alimenter son bureau d’Alger en sujets audiovisuels. A l’époque les correspondants de MBC, France télévision et même TF1 avaient tournés et montés des centaines de sujets pour KTV et Knews.