BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

Décès du père fondateur de la presse algérienne Nourredine Nait Mazi

DIA-14 avril 2016-21h34: L’Algérie a perdu « un des piliers de l’information », a déclaré ce soir le président de la République Abdelaziz Bouteflika dans son message de condoléances à la famille du défunt Noureddine Naït Mazi décédé jeudi après à Paris à l’âge de 81 ans des suites d’une longue maladie.

« J’ai appris la disparition de l’un des piliers de l’information dans notre pays le regretté Noureddine Naït Mazi que Dieu tout puissant lui accorde sa sainte miséricorde« , lit-on dans le message du Président Bouteflika.

« Homme affable et journaliste de talent au service de sa patrie, le défunt a toujours exprimé ses opinions et ses idées dans le respect des valeurs justes et de la dignité d’autrui« , a souligné le chef de l’Etat ajoutant que « le défunt compte parmi les promoteurs du livre et de la culture nationale et a dirigé les plus grands journaux nationaux« .

« Il était respecté et aimé de tous ceux qui l’ont côtoyé, pour sa modestie et son dévouement dans l’accomplissement de sa mission médiatique« , a encore souligné le président de la République.

« L’Algérie vient de perdre un de ses vaillants fils et un journaliste d’exception« , a affirmé le chef de l’Etat. « Je prie Dieu le tout puissant d’accorder au défunt sa sainte miséricorde et de l’accueillir dans son vaste paradis et d’assister les siens en cette pénible épreuve« .

Pour de nombreux journalistes de l’époque devenus pour la plus part des patrons de presse aujourd’hui, Noureddine Naït Mazi, est considéré comme l’un des pères fondateurs de la presse algérienne après l’indépendance.

Né le 18 janvier 1935 à Paris en France, ce fils d’un fellah émigré, originaire de la wilaya de Tizi Ouzou, a rejoint très jeune le mouvement national au sein du PPA-MTLD.

DIA-Nait Mazi 2

Le défunt a également travaillé, entre 1954 et 1956, au journal Libre Algérie à Paris. Après l’indépendance, il rentre en Algérie et intègre, en tant que rédacteur, le journal « Le Peuple », créé à l’automne 1962 par le FLN, il en devient chef de rubrique puis rédacteur en chef-adjoint en 1964.

En 1967, il est nommé rédacteur en chef du quotidien national El Moudjahid, poste qu’il occupa jusqu’en 1971 où il est nommé par décret présidentiel directeur général. Dix ans plus tard, en 1980, il cesse ses fonctions, à sa demande, pour devenir conseiller au cabinet du ministre de l’Information. En septembre 1983, il est rappelé aux fonctions de directeur d’El Moudjahid, puis directeur général de l’Entreprise nationale de Presse El Moudjahid qui édite également le quotidien du soir Horizons fondé en 1985.

Après les événements d’octobre 88 et la naissance de la presse privée au début des années 90, Nait Mazi poursuivra sa mission jusqu’a 1991, où il est remplacé à son poste de premier responsable du journal gouvernemental El moudjahid. Toujours humble et digne, Noureddine Naït Mazi se retira du monde des médias. C’est de son modeste trois pièces dans une citée de cadres à Hydra qu’il observa l’émergence d’une presse algérienne indépendante lancée par des journalistes dont il était le directeur et parfois même le formateur.

DIA-Nait Mazi
Nait Mazi, qui maîtrisait aussi bien le français, l’anglais et l’allemand était un véritable ambassadeur de la communication à l’étranger

C’est son vieil ami Bachir Boumaza, alors président du Conseil de la Nation, qui le rappela à ses cotés pour diriger la direction de la Communication de la chambre haute.

Après le décès de Boumaza, Nait Mazi s’est une nouvelle fois retiré de la scène médiatique en toute discrétion pour n’apparaître qu’à quelques occasions pour être honorer pour l’ensemble de sa carrière.  A l’occasion du média Star de l’opérateur Ooredoo ou encore l’hommage rendu presque chaque année par l’un des ses fidèles élèves et ami de toujours Ahmed Fattani. Le dernier hommage rendu par ses amis de la presse fut lors du Salon international du Livre en 2012, où une importante réception regroupant tous ses amis et compagnons pour lui rendre un vibrant hommage.

Ce fut l’occasion aussi pour la réalisation d’un documentaire de 42 minutes sur son parcours médiatique mémorable signé par le documentariste Salim Aggar et intitulé: « Nait Mazi le moudjahid de la plume ». Un documentaire qui décrit la profondeur du personnage et qui traduit réellement le parcours de l’homme et du professionnel qu’était Nait Mazi. Ce document inédit a été projeté ensuite lors du forum d’El Moudjahid en présence de la majorité des amis et compagnons de parcours.

Le portrait a rassemblé de nombreux témoignages de journalistes ayant travaillé sous sa direction. Parmi les journalistes ayant réagi à ce décès figurent notamment Mouloud Achour, écrivain et actuel directeur de la maison d’édition Casbah pour qui « Naït Mazi n’a jamais cessé d’être journaliste », Ahmed Halli évoque, pour sa part, « une autorité tranquille » et Nacer Mehal, ancien ministre de la Communication, qui parle d' »un homme de rigueur et d’honnêteté ».

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a présenté à la famille du défunt, à ses collègues et confrères ses sincères condoléances, les assurant, en cette douloureuse circonstance, de sa sympathie.

Nait Mazi s’en va ainsi laissant derrière le long souvenir d’un homme qui contribua à sa manière avec ses mots et ses écrits au développement de la presse nationale.

Amir Hani 

TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

DIA-Accident

Accidents de la circulation: 204 morts et 4.739 blessées durant la saison estivale

DIA-25 septembre 2017: Deux cent quatre (204) personnes ont péri et 4.739 autres ont été ...

Un commentaire

  1. Paix à son âme pure , que Dieu l’accueille dans son vaste paradis . Gloire aux moudjahidines qui ont libéré le pays, par les armes, par la parole et par les écrits !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *