DIA | Décès d’un Algérien en Belgique: la représentation de l’Algérie à Bruxelles a saisi officiellement les autorités belges
53214
post-template-default,single,single-post,postid-53214,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès d’un Algérien en Belgique: la représentation de l’Algérie à Bruxelles a saisi officiellement les autorités belges

DIA-24 juillet 2020: La représentation de l’Etat algérien à Bruxelles a « saisi officiellement » les autorités compétentes du Royaume de Belgique afin d’obtenir des informations « exhaustives et détaillées » sur les circonstances exactes de l’arrestation et du décès du jeune Akram, survenu à Anvers le 19 juillet dernier, a affirmé vendredi l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani.

« Dans le cadre du suivi assidu et méticuleux de l’affaire de notre jeune compatriote, Kadri Abderahmane Rhida dit Akram, et sur instruction de nos hautes autorités nationales, nous avons saisi officiellement les autorités compétentes du Royaume de Belgique dans le cadre de la protection consulaire, conformément aux dispositions de la convention consulaire bilatérale qui lie les deux pays, à l’effet d’obtenir, diligemment, des informations exhaustives et détaillées sur les circonstances exactes de l’arrestation et du décès du jeune Akram », a-t-il déclaré à l’APS.

Selon M. Belani, « des démarches similaires ont été entreprises aussitôt auprès du procureur du Roi au niveau du parquet d’Anvers et de la juge d’instruction chargée de diligenter l’enquête judiciaire pour demander à ce que la représentation de l’Etat algérien à Bruxelles soit pleinement informée des investigations en cours afin d’élucider et dissiper les zones d’ombre que j’avais évoquées le lundi 21 juillet, au lendemain du décès de notre compatriote qui est intervenu dans des conditions suspectes et troubles ».

Il a rappelé, à ce titre, que les représentations diplomatique et consulaire de l’Algérie  à Bruxelles ont exprimé « une demande et formulé nos attentes afin qu’une enquête approfondie puisse se dérouler, dans la sérénité et la transparence la plus totale, pour déterminer d’éventuels dysfonctionnements, puisque le Comite P de la police belge a été saisi pour se pencher sur cette affaire conformément à son mandat de contrôle et d’inspection du fonctionnement des services de police ».

« Nous poursuivrons notre accompagnement et notre soutien résolus de la famille du défunt dans cette douloureuse épreuve, en relation avec l’avocat de la partie civile, afin que justice soit rendue et que toute la vérité soit faite au sujet de cette tragique affaire qui a suscité l’émoi et la compassion tant en Algérie qu’auprès de notre communauté établie en Belgique », a-t-il ajouté.

Le ministère des Affaires étrangères (MAE) a affirmé, jeudi dans un communiqué, que « le dossier de la mort du ressortissant algérien Akram, à Anvers en Belgique, en date du 19 juillet 2020, dans des conditions qui restent à élucider et qui a suscité l’émotion et la compassion des Algériens aussi bien en Algérie qu’à l’étranger, est suivi à l’évidence de près par les hautes autorités dans notre pays ».

Le MAE a précisé, à ce titre, que « notre Ambassade ainsi que notre Consulat général à Bruxelles sont instruits à l’effet d’apporter toute l’aide et l’assistance nécessaires à la famille du défunt et de l’accompagner dans cette dure épreuve », soulignant que l’Algérie « exige et veille à ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que toutes les zones d’ombre soient levées ».