Le DG de l'ONDA à la rencontre de la communauté artistique algérienne à Paris - DIA
30344
single,single-post,postid-30344,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Artistes Paris

Le DG de l’ONDA à la rencontre de la communauté artistique algérienne à Paris

DIA-30 mars 2018: Une rencontre entre la communauté artistique algérienne installée en France et le DG de l’ONDA, M.Sami Bencheikh-El Hocine s’est déroulée à l’Ambassade d’Algérie à Paris, aujourd’hui a rapporté , l’ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, dans un post publié sur son compte Twitter officiel. Une soixantaine d’artistes ont participé à cette cérémonie conviviale où le DG de l’Onda  a exprimé son soutien aux efforts des artistes algériens en dehors des frontières du pays. 

Parmi les artistes présents, il y avait les grands maîtres de la chanson algérienne: les chanteurs Idir, Djura, Kamel Hamadi, l’artiste Rachid Koreichi, ou encore les réalisateurs Okacha Touita et Yasmina Adi, la réalisatrice du documentaire « Ici on noie les Algériens » sur les massacres du 17 octobre 1961. 

L’objectif de cette initiative, comme l’a expliqué de le DG de l’ONDA, est de sensibiliser, faire adhérer et permettre aux artistes et créateurs algériens résidant en France de « profiter des usufruits » de leur création ».

Des portes ouvertes seront organisées, à compter de samedi, au Centre culturel algérien de Paris, avec l’ouverture d’un bureau de l’office qui permettra aux auteurs et artistes d’adhérer et obtenir sur place la carte de membre.

Sami Bencheikh El-Hocine a rappelé aux présents que l’office qu’il dirige est à la fois une source de revenus pour la communauté artistique, mais également un « rempart juridique » qui veille à la protection des droits d’auteurs et droits voisins, aux plans national et international.

Dans ce contexte, il a indiqué que pas moins de 49 conventions ont été signées avec des « grands » pays, comme la France, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, les Etats-Unis et le Canada, précisant dans le même sens que des conventions ont été également passées avec des plateformes du Net, notamment Netflix, Notify et Youtube.

A cet effet, il a expliqué que cette opération en direction de la communauté artistique algérienne de France sera suivie d’une série  d’activités en province pour mieux faire connaître l’ONDA, rétablir un rapport de confiance, œuvrer à protéger les droits et soutenir les projets.

« Nous voulons créer des passerelles avec ceux qui ont des droits à faire valoir et qui ont besoin de protection », a-t-il dit, exprimant la disponibilité de l’ONDA de revoir sa façon de travailler avec les artistes et auteurs.

Dans ce cadre, une rencontre professionnelle sera organisée, samedi au Cabaret sauvage de Paris, sous forme de rendez-vous convivial destiné aux acteurs culturels qui permettra d’exposer la vision que porte l’ONDA en Algérie et à travers le monde.

Plusieurs artistes, accueillant favorablement cette démarche, n’ont pas manqué, au cours d’un débat, de soulever moult problèmes et questionnements liés à la protection de leurs droits en Algérie, exprimant leurs appréhensions quant au marché informel des œuvres artistiques.

Il est à noté que cette opération de sensibilisation en ce qui concerne la protection des droits d’auteur et des droits voisins permettra également de recenser et de répertorier les créateurs algériens et leurs œuvres réalisées en France, en les inscrivant officiellement dans le répertoire de la créations nationale en tant que patrimoine commun.

L’ambassadeur Abdelkader Mesdoua a appelé les artistes, dans une brève allocution, à créer un réseau de la communauté artistique algérienne vivant en France, soulignant l’importance accordée par les hautes autorités du pays aux membres de la communauté nationale à l’étranger.

Le DG de l’ONDA a expliqué que l’Algérie est le seul pays où les actions de protection des droits d’auteur et voisins sont soutenues par la police et la gendarmerie, indiquant qu’en 2017 environ deux millions de CD piratés (l’équivalent de 39 camions) ont été détruits.

« Nous avons resserré les choses qui ont beaucoup évolué », a-t-il dit, ajoutant que de gros efforts ont été consentis pour éradiquer le piratage.

« Sur le plan informatique, l’ONDA a saisi 80.000 logiciels piratés et nous avons demandé à Microsoft de déposer plainte, hélas cela n’a pas été encore fait », a-t-il encore indiqué.

A toute l’assistance artistique, il a demandé d’adhérer à l’ONDA pour qu’un travail puisse être fait dans le cadre de la protection des droits.

Cette rencontre conviviale a permis à l’Ambassadeur Mesdoua et au DG de l’ONDA de conjuguer leurs efforts pour soutenir les artistes algériens qui vivent parfois loin de leur patrie. 

Salim Bey 

DIA-ONDA DIA-ARTISTES