Grine: "Ce ne sont pas toutes les chaînes privées qui sont autorisées à couvrir les législatives" - DIA
14855
single,single-post,postid-14855,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Micro télévision

Grine: « Ce ne sont pas toutes les chaînes privées qui sont autorisées à couvrir les législatives »

DIA- 31 janvier 2017: C’est le ministre de la Communication, Hamid Grine qui l’a déclaré : « ce ne sont pas toutes les chaînes privées qui sont autorisées à couvrir les prochaines élections. Nous sommes dans la légalité et on ne va pas donner des autorisations à des chaînes de droit étranger ».

Il s’agit là d’un message à la quarantaine de médias domiciliés à l’étranger et émettant en Algérie sans la moindre autorisation. La plupart des chaînes Tv incriminées sont représentées dans le pays via des bureaux et un personnel en activité. Le ministre Hamid Grine rappelle que seules 5 chaînes disposent de « bureaux autorisés » en Algérie. Il a alors indiqué que pour les autres, « on aura la possibilité de discuter s’il y a lieu de le faire, pour qu’il n’y ait pas de problèmes de diffamation ou d’injures lors des prochaines élections ».

Le ministre de la Communication a insisté sur le fait que chaque chaîne doit déposer un dossier au niveau de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav). « Il y a un cahier des charges auquel ces chaînes devraient se conformer », a prévenu Hamid Grine. Il a aussi annoncé une rencontre avec la Haute instance indépendante de surveillance des élections. Il sera question de l’expression directe à la radio, à la télévision et des différentes modalités de la couverture médiatique des prochaines législatives.

Envoyer un commentaire