DIA | Le FLN et le RND tentent désespérément de revenir sur la scène politique nationale
51679
post-template-default,single,single-post,postid-51679,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le FLN et le RND tentent désespérément de revenir sur la scène politique nationale

DIA-30 mai 2020: Les partis du Front de libération nationale (FLN) et du Rassemblement national démocratique (RND) effectuent probablement leur dernière tentative de revenir sur la scène politique nationale. Pour ce faire, les deux partis viennent d’élire respectivement leurs nouveaux secrétaires généraux.

Les deux nouveaux SG, Badji Abou El Fadhel au FLN et Tayeb Zitouni au RND sont connus pour être des « opposants » aux anciens dirigeants des deux partis. Toutefois, les deux nouveaux secrétaires généraux demeurent issus de deux partis dont les anciens dirigeants sont actuellement en prison pour des affaires de corruption, rien que cela !

En d’autres termes, le FLN et le RND qui étaient au Pouvoir au temps de l’ex-président de la République Abdelaziz Bouteflika, portent une grande responsabilité dans la gestion désastreuse du pays durant les vingt dernières années.

En ce sens, ces deux partis ne bénéficient pas d’une image saine auprès des Algériens dans la mesure où le FLN incarne aux yeux des Algériens l’ancien pouvoir politique de même que le RND, ancré dans l’administration au temps de l’ancien Pouvoir.

En somme, l’élection des deux nouveaux SG pourrait être assimilée au début de la fin de ces deux partis, le FLN devant aller au musée, alors que le RND devrait se diriger vers son autodissolution afin de permettre à de nouvelles forces politiques d’émerger dans ce qui est appelé l’Algérie nouvelle.

Amir Hani