DIA | Le président du FCE s’oppose à l’adoption de la nouvelle loi sur les hydrocarbures
46027
post-template-default,single,single-post,postid-46027,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le président du FCE s’oppose à l’adoption de la nouvelle loi sur les hydrocarbures

DIA-12 octobre 2019:  S’exprimant ce samedi lors de la conférence de presse qu’il a organisée en marge de la tenue de l’université d’été du FCE, Sami Agli, président du FCE, a considéré qu’il n’est pas le moment d’étudier la nouvelle loi sur les hydrocarbures, vu la situation que connaît le pays. Cette loi est trop importante pour qu’elle soit promulguée en cette période, a estimé le président du FCE tout en indiquant qu’il n’a pas encore consulté la mouture ou le contenu de ce projet.

Réagissant par rapport au projet de la loi de finance 2020, le président du FCE a affirmé qu’en ce moment, « nous n’avons pas besoin d’une augmentation de taxes, vu que les entreprises souffrent déjà d’une situation financière délicate ». Toutefois, il est partant pour un impôt sur la fortune, en précisant qu’il est pour le partage des gains d’une manière équitable.

Sami Agli a également rappelé que le FCE est contre la règle d’investissement 51/49, et cela depuis 2009.  Le patron du FCE a précisé que cette loi n’a rien apporté pour l’investissement. Elle a au contraire chassé les Investisseurs étrangers. Agli a, en revanche affirmé que cette loi peut être appliqué pour les secteurs stratégique de l’État.

M.Agli a saisi l’occasion pour mettre l’accent sur la crise qui touche actuellement tous les secteurs de l’économie. Agli a souligné que le forum n’a pas encore réalisé un bilan, mais estime que  60% des entreprises les plus importantes du secteur du BTP, ont été touché par la crise actuelle.

Questionné sur le soutien du FCE à un probable candidat à la prochaine élection présidentielle, comme c’était le cas à l’époque de Haddad, Sami Agli a rappelé que son organisation est purement économique et n’a pas à prendre des positions politiques. Il a d’ailleurs précisé que le FCE n’a pas jugé utile d’inviter les membres du Gouvernement à cette conférence.

Amel Bouchaib