DIA | L’ENTV produit une émission de 15 mn pour s’attaquer à Facebook et aux Fake News (Vidéo)
53023
post-template-default,single,single-post,postid-53023,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’ENTV produit une émission de 15 mn pour s’attaquer à Facebook et aux Fake News (Vidéo)

DIA-17 juillet 2020: Alors que la communication institutionnelle est toujours défaillante, la télévision publique (EPTV) a lancé ces derniers jours une émission visant à s’attaquer ouvertement aux réseaux sociaux et aux fake news. 

L’émission intitulée « Khabaya El Iaalam« (Les dessous des médias) d’une durée de 15mn, est conçue et présentée par une ancienne présentatrice du JT de 20h de la télévision publique Amina Ben Abd Rabo, mais produite en exécutif par une entreprise privée spécialisée dans la création digitale: Wamda Créative. 

Dans ses deux premiers numéros, l’émission « Khabaya El Iaalam » dans un décor virtuel parfait et un graphisme digne des studios Pixar, nous entraîne dans une idéologie digne des plus grandes opérations de propagande soviétique ou de Goebbels: s’attaquant en 13 minutes seulement (Sans compter le générique) aux plus grands moyens de communication jamais élaborés  depuis la seconde guerre mondiale: Les réseaux sociaux. Dans sa présentation, parfois sans expert, Amina Ben Abd Rabo, tente de nous indiquer les ficelles pour éviter de tomber dans le fake news et surtout comment éviter la fausse information. 

Mais la présentatrice de l’émission a tendance à oublier que la plus grande source du fake news, c’est l’absence d’information ou bien la confirmation de l’information. Le flou et surtout l’absence de transparence est la première force d’attaque du fake news. C’est pourquoi des pays comme les USA, le Canada ou la Grande Bretagne ou les pays scandinaves connus pour leur transparence de l’information ne tombent jamais dans le fake news. Ce dernier ne trouve sa source que dans des pays médiatiquement fermés, comme les pays arabes, certains pays asiatiques et d’Amérique latine. 

Ce genre d’émission nécessite une place plus large avec une durée de 52mn et avec l’intervention d’experts reconnus mondialement, pas des influenceurs anonymes exerçant sur facebook.  

Si on veut s’attaquer à ce genre de fléau médiatique, ce n’est pas avec ce genre de short programme qu’on va convaincre les millions d’algériens du danger des réseaux sociaux. De plus, il faut d’abord un minimum de crédibilité et de transparence. A commencer par afficher les mentions légales de la société Wamda Créative sur le site et afficher le nom du producteur de l’émission dans le générique du programme. Une émission qui n’est même pas présente sur la page de la société sur …..facebook et sur le site wamdacreative.com, ce qui peut être une source de fake ….news.

Salim Bey