DIA | L’indécence de couper l’eau aux Algériens le jour de l’Aïd
53395
post-template-default,single,single-post,postid-53395,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’indécence de couper l’eau aux Algériens le jour de l’Aïd

DIA-31 juillet 2020: Les coupures d’eau durant les deux jours de la fête de l’Aïd El Adha sont devenues récurrentes pour ne pas dire traditionnelles en Algérie. A chaque Aïd, c’est le même scénario qui se reproduit. Pis encore, cette fois-ci, c’est le ministère des Ressources en eau qui l’a indirectement annoncé dans un communiqué la veille de l’Aïd en appelant les Algériens à « l’utilisation rationnelle et modérée de l’eau ». Une manière de préparer les Algériens à des coupures d’eau !

Un appel indécent quand on sait que durant l’Aïd, la consommation de l’eau connait un pic jamais égalé durant toute l’année. Pour des raisons d’hygiène et de nettoiement, notamment en ces temps de propagation de la pandémie du Coronavirus et de canicule, le lavage permanent des mains et des endroits pouvant constituer un foyer pour le virus, est plus que recommandé.

En ce sens, il est indécent le ministre des Ressources en eau appelle « à éviter le gaspillage de l’eau », alors que l’Aïd signifie une grande consommation de ce liquide vital. Il faut relever que les pays voisins, pour ne citer que ceux-là, utilisent aussi une grande quantité d’eau le jour de l’Aïd sans qu’il y ait de coupure.

Le ministre des Ressources en eaux a expliqué son appel à « rationnaliser la consommation de l’eau » par le fait que « le volume d’eau consommé en cinq heures le premier jour de l’Aïd équivaut à une consommation de 24 heures en temps normal, d’où les perturbations dans l’alimentation ».

Du moment que le problème se pose à chaque Aïd, des mesures auraient du être prises afin d’alimenter les Algériens en eau potable en multipliant les capacités de stockage et la construction des châteaux d’eau, au lieu de procéder à la solution de faciliter, à savoir couper l’eau!

Il faut savoir que ces coupures ont gâché la fête de l’Aïd aux Algériens qui, en cette canicule, ont été privés de douche et n’auront pas nettoyé convenablement les abats du mouton. Une manière de priver les Algériens d’observer de manière scrupuleuse les mesures d’hygiène.

Mohamed Nassim