DIA | Mihoubi insiste sur la nécessité d’ancrer la culture de la reconnaissance
40191
post-template-default,single,single-post,postid-40191,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Mihoubi insiste sur la nécessité d’ancrer la culture de la reconnaissance

DIA-20 février 2019: Le ministre de la Culture, Azeddine Mihoubi a souligné mardi à Bordj Bou Arréridj l’importance d’ancrer la culture de la reconnaissance envers ceux qui ont beaucoup donné à la culture algérienne dans tous les domaines de créativité.
Dans une allocution prononcée à l’ouverture des travaux de la 16ème édition du séminaire international Abdelhamid Benhadouga  (1925-1996) à l’université Mohamed El Bachir El Ibrahimi, le ministre a appelé les jeunes en particulier à «préserver la mémoire collective», culturelle notamment et à œuvrer pour édifier un Etat solide basé sur la science et le savoir.
Saluant les efforts déployés pour perpétuer l’œuvre de Benhadouga,  »enfant-repère de la ville de Bordj Bou Arreridj », M. Mihoubi a rappelé que le défunt  »Benhadouga avait œuvré toute sa vie et à travers ses œuvres à asseoir une culture nationale authentique et fut le premier romancier algérien d’expression arabe ».
Evoquant les œuvres de l’écrivain, le ministre  a indiqué que le romancier  »œuvrait à édifier une identité culturelle algérienne qu’il a défendue et reflétée  dans ses écrits et à travers les genres littéraires qu’il a produits  ».
Le ministre a considéré que le roman demeure  »un miroir reflétant la transformation culturelle de toute société » citant le célèbre roman de Benhadouga  »Rih El Djanoub » (Le vent du sud) traduit dans plusieurs langues dont l’Espagnol tout comme les 21 oeuvres culturelles du romancier présentes au Festival culturel algérien à Cuba organisé dernièrement. 
La 16ème édition du séminaire international Abdelhamid Benhadouga a été marquée par la participation d’écrivains, critiques et traducteurs de sept pays arabes et européens en plus d’universitaires des quatre coins du pays.