BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

La réussite de Djezzy signifie-t-elle l’échec des autres ?

DIA-26 novembre 2016:  C’est quand même drôle que à chaque fois que Djezzy fasse une activité qui au demeurant normale à l’exemple du lancement de la 4G dans de nouvelles wilayas ou sponsorise une manifestation de grande envergure, voilà que des voix probablement nostalgique d’une ère révolue, s’élèvent pour tenter, vainement de casser de la valeur de l’opérateur leader de la téléphonie mobile et qui plus est la propriété de l’Etat Algérien. Certes, ce n’est pas la première fois que des parties qui ont des accords d’exclusivité avec un de ses concurrents ou avec ceux qui auraient bien voulu reprendre Djezzy pour le Dinar symbolique, versent leur haine sur Djezzy qui, après avoir connu de grandes difficultés pendant cinq longues années, commence à voir le bout du tunnel.

Sans doute, les prémices de la réussite de Djezzy dans son projet de transformation digital seraient déjà perçues comme le début de l’échec de tous ceux qui ont parié sur son effondrement. Le rachat de Djezzy par l’Etat Algérien n’est pas un mauvais signe en direction des investisseurs étrangers et ceux qui le pensent et l’écrivent à travers des  médias dont la crédibilité est entamée feignent d’ignorer la particularité de l’accord scellé en janvier 2015 où l’Etat, à travers le FNI, a pris 51% du capital de la société. Le partenariat a bâti une entreprise mixte où le management est confié au groupe VimpelCom qui possède une expertise numérique unique dans le monde et où le FNI exerce ses prérogatives d’actionnaire majoritaire. Ce partenariat doit être  un exemple pour les investisseurs étrangers et c’est bien pour ça que les deux parties veulent réussir.

Cet accord qui va bientôt entrer dans sa troisième année continue de faire grincer des dents et de susciter une certaine haine qui, au-delà du chantage publicitaire, qui n’a plus aucun sens dans le nouveau Djezzy, se manifeste à travers des écrits tendancieux et diffamatoires loin de toute objectivité à laquelle les médias sont censés se rapprocher.

Pourtant, Djezzy n’a jamais caché la crise qu’elle a vécu, ses raisons et les répercussions qui continuent d’impacter sa croissance particulièrement le retard dans le lancement de la 3G. Dans le même temps, Djezzy a également informé l’opinion publique sur toutes les étapes du processus de transformation mis en œuvre depuis avril 2015 pour s’adapter aux grandes mutations de l’industrie des télécommunications à l’ère de l’internet mobile. Des offres de départ volontaire jusqu’au changement dans le management, Djezzy a adopté une stratégie basée sur la transparence où tout a été dit sur la place publique. A partir de là, il serait peut-être judicieux de penser que les attaques essuyées par Djezzy sont dues à sa transparence et que ceux qui tiraient profit de l’ancien Djezzy en le considérant comme une rente éternelle deviennent aigris à force d’y penser sans pouvoir en profiter comme avant.

Les résultats sont là ! Djezzy commence à montrer des signes d’une reprise opérationnelle. Les chiffres montrent que la consommation ainsi que les revenus data ont augmenté de plus de 87% confirmant la tendance digitale de l’opérateur. On comprend mieux l’attitude agressive de ceux qui ont misé sur l’échec de la transaction FNI-VimpelCom lorsqu’on voit les chiffres des abonnés data qui augmentent, de l’investissement de 1 milliards de dollars sur cinq ans consentis par ses actionnaires ainsi que la réaffirmation du caractère stratégique de cette alliance à long terme qui continuera d’apporter l’expertise digitale mondiale ainsi que le savoir-faire technologique à l’Algérie.

Amin Hani 

 

 

TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

Ahmed Achour

Décès d’Ahmed Achour l’un des doyens de la presse sportive

DIA-14 décembre 2017: Ahmed Achour, ancien journaliste sportif au quotidien à El Moudjahid, qui a ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *