Le sous-secrétaire d'Etat adjoint américain déclare: La presse en Algérie est "puissante" et "libre" - DIA
9620
single,single-post,postid-9620,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
dia-grine-us

Le sous-secrétaire d’Etat adjoint américain déclare: La presse en Algérie est « puissante » et « libre »

DIA-09 septembre 2016: Le sous-secrétaire d’Etat adjoint américain pour la démocratie et les droits de l’homme et le travail, Tom Malinowski a assuré, jeudi à Alger, que la presse était « puissante » et « libre » en Algérie.

« La presse est puissante et libre en Algérie. Et elle a plus de liberté que celle des pays voisins », a-t-il indiqué à la presse , au terme de ses entretiens avec le ministre de la Communication, Hamid Grine.

Il a ajouté qu’il fallait encourager une presse « puissante » et « libre » pour que les Etats soient « plus forts » et les sociétés « prospères ».

De son côté, M. Grine a indiqué avoir passé en revue avec M. Malinowski les expériences américaines et algériennes, ajoutant que « l’expérience algérienne n’est pas l’expérience américaine », car ils ont deux siècles d’expérience démocratique de la presse, alors que pour « nous l’ouverture (au pluralisme) date d’une trentaine d’année ».

« M. Malinowski a convenu qu’il y avait une grande liberté de la presse en Algérie », a souligné M. Grine, relevant que durant son séjour en Algérie, il avait pris toute la mesure de cette liberté de ton, mais « bien entendu, tout n’est pas parfait, c’est une presse en devenir ».

« J’espère que dans quelques années,  nous atteindrons le niveau déontologique et éthique que nous souhaitons, avec une très grande liberté de la presse », a-t-il ajouté.

M.Grine a dit avoir indiqué à M. Malinowski qu’il y avait pluralisme dans la presse et aucune censure n’était exercée aussi bien sur le journaliste que sur le presse.

Par ailleurs, M.Grine a indiqué avoir évoqué avec M. Malinowski la formation, la construction de l’opinion, la littérature et le cinéma.

Envoyer un commentaire