Le tribunal administratif d'Alger juge illégale la grève des paramédicaux - DIA
27617
single,single-post,postid-27617,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-résident grève

Le tribunal administratif d’Alger juge illégale la grève des paramédicaux

DIA-23 janvier 2018: Le tribunal administratif d’Alger a jugé lundi « illégale » la grève cyclique initiée par le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP), a indiqué mardi un communiqué du de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.

« Statuant en référé, le tribunal administratif d’Alger a prononcé lundi l’illégalité de la grève cyclique initiée par le Syndicat algérien des paramédicaux« , a précisé la même source.

A cet effet, a ajouté le communiqué du ministère, l’administration est « tenue de respecter les dispositions juridiques régissant les relations de travail et celles du statut général de la fonction publique ».

Pour le ministère, s’agissant d’une grève déclarée « illégale » par la justice, « ceux qui se déclarent en grève et ne rejoignent pas leur poste de travail sont en réalité en situation juridique d’abandon de poste et s’exposent à des mesures administratives diverses à commencer par les retenues sur salaire non plafonnées ».

Le ministère de la Santé a réitéré sa « disponibilité » au dialogue « constructif » et invite la direction du SAP à « se conformer à la loi et à cesser sa grève illégale ».

Le corps paramédical, qui avait poursuivi lundi sa grève cyclique (3 jours par semaine) pour la deuxième semaine consécutive, a soumis à la tutelle plusieurs revendications socioprofessionnelles ayant notamment trait à la carrière professionnelle, aux primes d’encadrement et de documentation, à la sécurité dans les hôpitaux, à la formation et au recrutement des infirmiers titulaires de diplômes de licence.