Trump et le roi d'Arabie saoudite en faveur d'une "application rigoureuse" de l'accord nucléaire iranien (Maison Blanche) - DIA
14785
single,single-post,postid-14785,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Trump et le roi d’Arabie saoudite en faveur d’une « application rigoureuse » de l’accord nucléaire iranien (Maison Blanche)

DIA-30 janvier 2017: Le président américain Donald Trump et le roi Salmane d’Arabie saoudite se sont dit favorables à une « application rigoureuse » de l’accord sur le nucléaire iranien, selon le compte-rendu d’un entretien téléphonique entre les deux hommes publié par la Maison Blanche.

La teneur de la conversation semble indiquer que Donald Trump – jusque-là un farouche opposant à cet accord phare de la présidence Obama et censé empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique – pourrait avoir évolué sur la question.

Il n’avait cessé de critiquer l’accord pendant sa campagne et il a nommé à des postes clés de son administration des personnalités ouvertement anti-iraniennes, à commencer par le futur secrétaire d’Etat Rex Tillerson, qui veut une « révision complète » de l’accord.

M. Trump et le souverain saoudien ont aussi insisté sur la nécessité de répondre « aux activités déstabilisantes de l’Iran » dans la région. Téhéran est la bête noire de Washington et de Ryad et le grand concurrent du royaume wahhabite dans la région.

Les deux hommes se sont engagés à combattre la propagation du « terrorisme islamique radical », reprenant ainsi la formule favorite du président américain pour désigner les jihadistes.

A la demande du président américain, les deux hommes se sont mis d’accord pour créer des « zones de sécurité » au Yémen et en Syrie et d’apporter leur soutien à « d’autres idées pour aider les nombreux réfugiés déplacés par les conflits en cours ».

Les modalités pratiques de la mise en place de ces « zones de sécurité » n’ont pas été détaillés.

Cette question des zones de sécurité au Yémen et en Syrie a également été évoquée lors d’une conversation téléphonique entre Donald Trump et le prince héritier des Emirats arabes unis, Mohammed ben Zayed al-Nahyane, selon la Maison Blanche. Le prince héritier « a accepté de soutenir cette initiative », a précisé la présidence américaine.

Comme avec le roi saoudien, la discussion a aussi porté sur la lutte contre les jihadistes. « Les deux dirigeants ont réaffirmé le fort partenariat entre les deux pays et se sont engagés à renforcer leur coopération dans le combat contre le terrorisme islamique radical », a ajouté la Maison Blanche.

1 Comment

  • messaoudene
    31 janvier 2017 8:56

    il y a un seul islam: l’islam radical a etez inventée pas le lobby israelo-américain ce lobby pro-industrielle en armement et dans l’industrie petroliere ve faire des pays arabo-islamique un bien personnel pour pouvoir géré ses pays a sa maniéré et d’être le seul souverain de ses pays telle que la syrie l’Arabie saoudite le quatar et plusieurs pays dans leur richesse naturel ne sont pas exploité ce lobby ve écarté les pays européens et la Russie de ses pays pour devenir seul maître a bord d’ailleurs ses derniers années la cote des produit made un usa a grimper en Afrique face a produit made in china une tres grande propagande a etez faite au niveau de ses pays par des industrielle américains pour contrer les produits provenant de la chine .

Envoyer un commentaire